Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Marques suisses : Reka : La démocratie des vacances

Les maisons font bande à part. Chacune rappelle un foyer individuel, un abri sans pareil. Les vacanciers disparaissent derrière les fenêtres. En silence. Ce sont des ombres. Le village Reka de Monfaucon, dans le Jura à quelques pas de Saignelégier, fait le plein depuis 1968. La piscine couverte tourne à plein régime. Les familles, sans histoire, recomposées ou monoparentales, barbotent dans l’eau tiède. Le bien-être ne coûte pas cher et on se sent chez soi.

La découverte des congés payés
La Reka, contraction de Reisekasse (en indien, ligne droite; en russe, fleuve) voit le jour en juin 1939, aux portes de la Deuxième Guerre mondiale. La Suisse savoure depuis deux ans la «paix du travail». La formule magique du bien-être helvétique règle une fois pour toutes les relations entre patrons et ouvriers de l’industrie des machines et de la métallurgie. Les conventions collectives inventent les vacances des travailleurs. Les couches modestes de la population découvrent les congés payés. Il faut leur offrir détente et repos à des tarifs démocratiques. L’idée d’une caisse d’épargne-voyage saisit le président et le directeur de la Fédération suisse du tourisme. Avec la complicité du président de l’Union syndicale suisse (USS), ils cassent les prix des vacances jusqu’à la gratuité pour les plus démunis. Les timbres de voyage, et les chèques Reka qui les remplacent à partir de 1966, garnissent les portefeuilles d’estivants fauchés, en mal d’économies. Pour la première fois au milieu des années cinquante, deux cents familles nombreuses partent en villégiature aux frais de la Reka. L’industrie touristique en embryon profite de l’aubaine. En un tour de main, elle ravive le PIB national quelque peu essoufflé par la guerre et la crise économique.
La Caisse suisse de voyage prend l’allure d’une coopérative de 21 membres dotée d’un capital social de 26 000 francs. Aujourd’hui encore, l’USS, Gastrosuisse, Coop, Novartis ou les CFF se pressent dans ses organes de direction. Les Trente glorieuses décrètent son triomphe. Soixante ans plus tard le chiffre d’affaires dépasse les 500 millions et près de mille familles voyagent à l’œil pour un millions de francs. Social Value contre Shareholder Value, le slogan s’altermondialise. Le tourisme assume sa responsabilité sociale à but non lucratif. Les chèques Reka font le bonheur d’un quart des Suisses. Les employeurs – la Coop en tête – en distribuent largement quand il s’agit de verser une prime ou de compenser des heures supplémentaires en échange d’un employé motivé et reposé à son retour. Tout le monde y gagne, s’exclame le spot publicitaire. Surtout les transports publics. Ils encaissent la moitié des chèques Reka en circulation. Les CFF empochent ainsi entre 150 et 200 millions de francs chaque année. A leur tour, les stations à essence alimentent la grande kermesse avec du carburant pour septante millions de francs annuels.

Au nom de la famille
Il y a quarante ans, non content de son rôle de courtier bon marché avec agence de voyage et points de vente – Popularis fondé en 1946 quitte la maison mère en 1955 – la Reka ouvre ses premières résidences de vacances au Tessin, à Albonago près de Lugano. En plein baby-boom, la famille fait rêver. Sens des affaires et tradition militent pour les vacances familiales. Le programme Rekalino étale jeux, promenades et bricolages pour tous les âges. A mille lieues des colonies d’Etat pour grands et petits à la mode en Allemagne et en Italie, étrangère à la philosophie communautaire du Club Med créé en 1950, d’autres villages poussent aux quatre coins de la Suisse. Aujourd’hui, on décompte près d’un million de nuitées par année pour mille cent appartements en catalogue.
Au début des années huitante, la Reka part à l’étranger. L’OPA sur le village de vacances de Golfo del Sole en Toscane précède l’acquisition d’appartements en France, Italie, Autriche, Espagne et Croatie. Plus de mille logements balisent les Alpes et les côtes de la mer Méditerranée. Ils sont pris d’assaut sans tarder. On avoisine désormais les quatre cent mille nuitées.
Et pour compléter l’offre, l’agritourisme prend le relais. Les vacances à la ferme se généralisent. Nature et simplicité à portée des petits budgets attirent des urbains assommés par le bruit et la pollution. A la recherche d’authenticité et d’air propre pour leurs enfants. En dix ans, depuis 1994, cent vingt mille personnes ont dormi sur la paille, à l’étable, dans un grenier ou sous les combles, aux soins d’une paysannerie en quête de nouveaux revenus.
Tiraillés entre une planification à la soviétique et les nouvelles techniques de gestion, les stratégies se succèdent de quatre ans en quatre ans. La «Reka 2008» parie sur un taux de croissance de 20%. Malgré le spleen du secteur, on vise la première place sur le marché du logement de vacances aux dépens d’Hotelplan, le bras touristique de Migros, l’adversaire de toujours enfanté par Gottlieb Duttweiler en 1935. Internet et politique sociale encadrent enfin un développement sans faute, cher à l’image de la coopérative.

www.reka.ch

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/1168
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/1168 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP