Mode lecture icon print Imprimer

Marques suisses: Mövenpick : Le prêt à manger

icone auteur icone calendrier 16 juin 2004 icone PDF DP 

Thématiques

En 1992, Ueli Prager, avant de se retirer en
Angleterre à l’abri des journalistes, vend Mövenpick au baron allemand
August von Finck. La gastronomie suisse de qualité a faim
d’investissements étrangers. Cependant, dix ans plus tard, le groupe
perd toujours de l’argent. Il se restructure à répétition et liquide
quelques morceaux de choix. On ferme les établissements déficitaires en
Allemagne, tandis que les célèbres glaces IcePremiun tombent dans le
giron de Nestlé en 2003 pour près de 230 millions de francs.
Heureusement, après la guerre en Irak et l’épidémie de SRAS, les
affaires vont mieux. De plus, la famille von Finck, via Clair Finanz,
une holding financière, a renforcé son emprise sur la multinationale.
Elle vient de racheter les biens immobiliers et une partie de la
fortune de Mövenpick, assouplissant ainsi ses besoins en capitaux.

Schnell und gut
«Nous
ne faisons rien d’extraordinaire, nous avons du succès car nous faisons
les choses les plus simples de façon extraordinaire», jubile Ueli
Prager au milieu des années soixante. Fils d’un hôtelier, il ouvre son
premier restaurant à Zurich en 1948, six ans avant le premier
McDonald’s en Californie. Il propose des plats raffinés aux citadins
pressés quand Polaroïd invente la photo instantanée. La vitesse
accélère l’Après-guerre. Une mouette donne son nom à l’établissement.
Möwe se transforme ensuite en Möve, confondant l’oiseau avec le
mouvement. Mövenpick décolle. En une dizaine d’années, il prolifère au
bord de la Limmat et quadrille le reste de la Suisse. On mange vite et
bien dans trois langues nationales à Berne, Genève et à Lugano.
Le
bonheur des clients impose une douce dictature digestive. Du fourneau à
la table, la perfection vire à l’obsession. Ueli Prager s’entoure de
collaborateurs qualifiés, en formation continue, et acquis au credo de
l’entreprise. Plus encore, la restauration est une affaire de cœur. On
cuisine et on mange avec les sentiments. Un plat doit à la fois
émouvoir et rassasier. Dans une ambiance à thème, du cloître aux
pâturages écossais, le personnel plonge les clients dans un univers de
senteurs et d’impressions. Ils ne sortiront pas indemnes. L’esprit
Mövenpick tourne à plein régime dans une pentecôte quotidienne, du
petit déjeuner au souper. Qualité, atmosphère, organisation, joie de
vivre, hygiène, fierté, camaraderie, amitié, honnêteté et courtoisie
traduisent l’esprit de la maison.

Le goût de la diversification
Le
café Mövenpick, lancé en 1963 via des capsules sous vide, flatte les
palais. Der Himmlische inaugure la saison des produits dérivés, du luxe
prêt à l’emploi. Plus tard, il y aura les sauces à salade, les
confitures, les yaourts, les glaces et les vins, mondialisés depuis
Bursin dans le canton de Vaud.
L’essor des autoroutes et les congés
payés font voyager. On part en vacances. Les voitures battent les
grands axes. Conducteurs et passagers ont faim, soif et sommeil. Le
premier hôtel, le Jolie Ville Motor Inn, s’offre aux touristes en 1966
à Adliswil, dans le canton de Zurich. Le premier restoroute surgit en
1968 à Deitingen, dans le canton de Soleure.
La Suisse n’a jamais
été aussi petite. C’est le moment de partir à la conquête de
l’étranger. Les restaurants Mövenpick colonisent d’abord l’Allemagne
pour se multiplier au fil des ans dans le reste de l’Europe. Puis, au
début des années septante, l’Egypte et le Canada enrichissent la dot de
famille. Swissair transporte les touristes, Mövenpick les nourrit. Tout
fonctionne à merveille jusqu’à la faillite de la compagnie aérienne en
2002. Aujourd’hui, le groupe compte 48 hôtels disséminés dans quinze
pays – surtout au Moyen-Orient et en Europe centrale – avec plus de
neuf mille chambres et un millier d’employés, au service de trois
millions d’hôtes chaque année.

Le vin et l’écologie
«La
standardisation guette Mövenpick», accusent les critiques et les
jaloux. La croissance risque de marginaliser les contacts humains chers
à Ueli Prager. Et de réduire la vision d’origine en une machine
performante, capable certes de satisfaire l’appétit stressé des classes
moyennes, mais vidée de son âme.
L’amour du vin et l’engagement
écologique écartent le danger. Une cave ressemble à une bibliothèque,
un havre de paix que l’on fréquente en silence. C’est le théâtre d’un
apprentissage indispensable avant la dégustation des crus sélectionnés.
Toujours servis en bouteille, la dénomination bien en vue, jamais dans
un pichet anonyme. Plus discrète, l’action en faveur de l’environnement
fait la part belle à la récupération et au recyclage, avec la
confection d’emballages peu coûteux en énergie et faciles à
transformer, dont les clients de Swissair profitent largement.
Jamais
à court d’idées, Ueli Prager oublie son âge. Jusqu’à son retrait à 75
ans, il mène seul son entreprise, père et patron tout-puissant. Après
la vente, elle se réorganise selon les principes de gestion
contemporaine. Quatre divisions indépendantes – hôtels, restaurants,
vin, alimentation – se partagent les activités de la société avec une
holding à leur tête. Les impératifs financiers et stratégiques
remplacent le savoir-faire enthousiaste et intransigeant du fondateur.

www.moevenpick.com

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/1164
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/1164 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.