Mode lecture icon print Imprimer

Marché du travail : Des femmes et des retraités à la place des étrangers

icone auteur icone calendrier 23 janvier 2004 icone PDF DP 

Thématiques

Vendredi 16 janvier, l’Union patronale suisse (USP) en collaboration avec Alliance F, association de sociétés féminines de Suisse désormais centenaire, lance une campagne de promotion du travail des femmes à tous les échelons hiérarchiques sans discrimination. Des horaires flexibles, des postes à temps partiel, des crèches, permettraient de mieux concilier vie de famille et vie professionnelle. Le président de l’organisation patronale, Rudolpf StŠmpfli, évoque également une meilleure répartition des tâches domestiques.
Samedi 17 janvier, Peter Hasler, directeur de l’USP prend à nouveau la parole. Après l’assurance invalidité (AI), c’est le tour du travail. Dans une interview accordée au Temps, il déniche la formule magique. «Au vu des problèmes et des coûts d’intégration des étrangers, nous préférons voir arriver sur le marché du travail davantage de femmes et de personnes de 65 ans, pas forcément à plein temps». On résout ainsi du même coup le problème de l’immigration, la demande insatiable de main-d’œuvre peu qualifiée et le financement de l’AVS. Le temps partiel assure par ailleurs la diminution des charges sociales. L’USP accepte enfin la proposition d’assurance maternité votée par le Parlement. Pas chère, payée moitié-moitié par les employeurs et les employés, elle éloigne le spectre d’une augmentation de la TVA et les solutions cantonales qui multiplient les modèles et la confusion, à l’image des allocations familiales.
Ainsi, une femme reste avant tout une mère de famille et une force de travail sous-exploitée. Et tant qu’on est en bonne santé, il faut continuer de produire. Le pays dispose de bras en suffisance, pas besoin d’en importer. On fera des économies. Femmes, retraités et étrangers sont des parias. On peut les remplacer à loisir. L’égalité – avec la bénédiction malheureuse des associations féminines – et la démographie deviennent les alibis d’un discours arrogant, décomplexé. La droite au pouvoir délie les langues qui annoncent les durcissements à venir. Sans parler des cautions scientifiques confectionnées sur mesure par les think tanks, tel Avenir Suisse, financés par les grandes multinationales du pays.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/1138
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/1138 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.