Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Comprendre et aider la Grèce

Une situation où notre diplomatie économique pourrait être proactive

La Grèce expérimente la solidarité, relative, des pays de la zone euro, mais elle subit, durement, l’épreuve d’une monnaie inadaptée à sa situation. La dévaluation lui est interdite. Il lui faut donc agir politiquement et brutalement. L’euro produit les mêmes effets qu’un taux de change fixe, rattaché à l’or. Avant-guerre, la Suisse en a fait l’expérience. Cet épisode de notre histoire devrait nous rendre plus compréhensible la situation grecque et nous inciter à agir en Européens.

Effets de change

Dans les manuels d’économie, il est enseigné que la dévaluation stimule les exportations et aussi le tourisme, et renchérit les importations. En conséquence, bonne pour la balance commerciale!

Mais surtout le maniement politique est plus aisé. Si la dévaluation entraîne une hausse du coût de la vie, la décision de ne pas indexer salaires et rentes sera prise par une multitude d’agents économiques. L’effet sera certes une baisse du pouvoir d’achat, mais la décision sera diffuse. Vouloir obtenir frontalement le même résultat concentre la responsabilité sur le seul pouvoir politique.

1936

La Suisse a vécu lors de la crise de 1933 cette problématique. La Banque nationale possédait déjà des réserves d’or importantes et les milieux bancaires défendaient âprement la parité-or du franc. La politique de déflation était, dans cette logique, ouvertement assumée: baisse de 10% des salaires du personnel fédéral, qu’un référendum fit (provisoirement) échouer. Il fallut la régression catastrophique des exportations et, à l’extérieur, la dévaluation du franc français pour que, brusquement, le Conseil fédéral procède à une dévaluation de 30%, annoncée à la radio par le président de la Confédération, martelant cette évidence rassurante: «Un franc est toujours un franc». Les historiens sont d’avis concordant: cette dévaluation nécessaire fut trop tardive pour déployer tous ses effets de relance stimulante.

SECO

La Grèce n’a aujourd’hui pas le choix. Sa monnaie, c’est l’euro. Elle doit donc assumer de face l’impopularité d’une politique de déflation.

Serait nécessaire, à titre de compensation, de mettre en œuvre parallèlement un plan de relance. Mais par qui serait-il financé? – la dette à honorer et rembourser retenant toutes les énergies.

Interrogé au cours de la Matinale de la RSR (2 mai), Jean-Daniel Gerber, secrétaire d’Etat, directeur du SECO, a très clairement fait comprendre qu’il n’était pas question d’une participation suisse au plan de sauvetage. Nous ne sommes pas dans la zone euro, et d’autre part, si on a besoin de nous, on connaît notre adresse.

Cette prudence, cette peur de se faire prendre le bras en engageant le petit doigt ne sont pas acceptables, d’autant que les risques sont limités et que, dans notre propre intérêt bien compris, nous devons souhaiter voir l’euro non pas affaibli mais affermi.

Si l’on admet le diagnostic, à savoir la nécessité pour la Grèce de relancer son économie afin de contrebalancer les coupes et les restrictions, il doit être possible, avec l’appui officiel de la Suisse, d’engager des investissements dont serait assuré le financement. Une garantie fédérale pourrait en consolider la rentabilité. Un rôle modeste pour la Suisse, mais une initiative solidaire, européenne et philhellène.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/11341
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/11341 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • OK un geste de solidarité helvétique à l’égard de la Grèce aurait d’autant plus de panache qu’à ma connaissance, il n’existe guère de contentieux fiscal entre les deux pays. Et tant qu’à faire pourquoi la Suisse habituée à la diversité ne tenterait-elle pas de concilier la culture politique du pourtour méditerranéen avec celle des pays germaniques et anglo-saxons? On entreverrait alors l’esquisse d’un projet politique durable qui fait si cruellement défaut à l’Europe.

  • Tant que les démagogues seront élus pour distribuer de l’argent et vivre sur un grand pied, les Etats seront en faillite et tout le monde paiera.

    Moralité: élisons des gens économes de nos impôts!

  • On a d’abord dénoncé la tricherie financière des Grecs lorsqu’ils sont entrés dans l’UE. Que fait-on des tricheurs?

    Le renflouement de l’économie sera d’abord payé par les autres contribuables européens, puis remboursé par les contribuables grecs, et tout ça au profit de qui? des vertueuses banques?

    On lit et voit aussi que « le marché » est soulagé par la décision des gouvernements européens: le but n’est donc pas de sauver la Grèce mais de rassurer les marchés.

    Belle politique!

  • Merci pour cette explication limpide. De façon générale les articles de M. Gavillet sont intéressants et basés sur une vision politique claire (même si on ne la partage pas toujours). Continuez.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP