Mode lecture icon print Imprimer

Ferdinand Hodler : Des paysages épiques

icone auteur icone calendrier 12 décembre 2003 icone PDF DP 

Thématiques

Il fallait mettre de l’ordre dans le fouillis de la nature. Les paysages de Ferdinand Hodler exposés au Musée Rath de Genève font le ménage. Le monde mérite davantage qu’une copie. Toujours décevante ou alors mythomane quand elle se prend pour le monde lui-même et aspire à le remplacer. Donc, voilà des tableaux. L’univers concret se tient ailleurs, hors de portée, dehors. Peu importe que le lac Léman et la chaîne du Mont-Blanc existent ou pas. Ils sont là sur la toile, c’est tout ce qui compte. Enfin, le Léman et le Mont-Blanc selon Hodler. Ceux qu’il a observés, guettés, traqués pendant des longues années depuis son logis genevois. Et qu’il a peint. Qu’il a inventé.
Hodler investit la nature. Semblable aux impressionnistes friands de plein air, il court les montagnes, les rivages, les glaciers où il plante son chevalet. Cependant, il fuit l’anecdote. Il ne raconte pas d’histoires. Il ne cherche pas le drame. Les paysages sont d’emblée épiques. Ils montrent surtout la peinture, son échafaudage mental. L’œil et la pensée tirent le réel de son illusion, comme on tire quelqu’un de son sommeil. Les nuages d’Hodler rappellent et anticipent le geste de Mère Courage de Bertold Brecht. Les uns et les autres discernent le monde, naturel ou social. Ils le montrent et le dévoilent. Quand Hodler peint un nuage, il désamorce l’évidence qui séduit le flâneur distrait ou les amoureux abandonnés sur une plage. Il salue son artifice. Le nuage existe parce que les hommes le regardent et le façonnent à leur guise, quitte à oublier de l’avoir engendré. D’oublier que le nuage est une vision qui se renouvelle, se transforme, prend les poses les plus inattendues, voire contre-nature. A l’image du Brouillard montant près de Caux ou du Lac Léman vu de Chexbres.
Le regard construit ce qu’il voit. Hodler engage ce paradoxe dans ses paysages. Car on admire l’art du peintre Ð des visiteurs en nombre (45 000 à ce jour) à Christoph Blocher, heureux collectionneur – où plane encore l’ombre fugitive, hallucinée parfois, du modèle dont il accuse la vanité. La toute-puissance que l’on prête romantiquement à la nature. La rade de Genève prise à l’aube donne toute la mesure de l’emprise fantastique du peintre sur la vérité terre à terre d’un ciel, d’une montagne, d’un lac et de quelques cygnes indifférents. En somme, la beauté n’est pas dans le monde. Elle émerge au bout du doigt du peintre qui la désigne et la modèle et laisse traîner son doigt.
Cet écart indécidable, quoique parfaitement perceptible, mine le dédain du style pour en trahir l’humanité. Son inévitable précarité.

Ferdinand Hodler, Le paysage, Musée Rath, Genève, jusqu’au 1er février 2004 ; Kunsthaus de Zurich, du 5 mars au 6 juin 2004.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/1131
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/1131 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.