Mode lecture icon print Imprimer

Les élections au Costa Rica: une grande fête

L’élection présidentielle de dimanche, vécue par notre correspondante particulière

icone auteur icone calendrier 9 février 2010 icone PDF DP 

Thématiques

Laura Chinchilla, l’actuelle vice-présidente du gouvernement Arias (centre droit), a obtenu nettement plus que les 40% nécessaires pour être élue dès le premier tour. La surprise de ce scrutin est la montée de l’extrême droite, avec un leader démagogue qui obtient 20% des sièges à l’Assemblée nationale, talonnant ainsi le PAC, le Parti d’action citoyenne (centre gauche) qui s’est opposé au traité de libre échange avec les Etats-Unis. Il faut cependant espérer que, en définitive, aucune des forces majeures ne soit en position de bloquer les débats ou d’imposer des décisions.
 
Ces deux dernières semaines de campagne ont créé un suspense et nous ont fait croire à une montée de la gauche. Tant les sondages que les débats télévisés montraient la favorite, Laura Chinchilla, suivie de très près par le candidat du PAC.
 
Les églises se sont aussi prononcées. L’église catholique et l’église luthérienne ont appelé à voter pour plus de solidarité, moins de privatisations, la préservation des acquis sociaux, l’interdiction des concessions minières dans les zones d’intérêt écologique. Sans le dire, elles appelaient à voter à gauche.
 
Le ton a monté au cours de cette dernière semaine, c’est-à-dire le bruit dans la rue. Le gouvernement a levé les mesures ordinaires de restriction du trafic selon les numéros de plaque, ce qui a évidemment engendré des bouchons énormes. Les partisans parcouraient les rues avec des drapeaux aux couleurs de leur parti et klaxonnaient sans arrêt jusqu’à des heures avancées de la nuit. Au début, j’ai cru que chaque parti avait un klaxon spécial, mais c’est seulement le rythme qui est différent. Plus le jour du scrutin s’approchait, plus tout se confondait et les passionnés semblaient seulement vouloir nous casser les oreilles. Les élections ici, c’est l’occasion de fêter la démocratie.
 
Dimanche matin, je me suis fait réveiller par un de mes voisins qui est membre du PAC. Il était devant sa maison et appelait impérieusement un autre voisin: «Javieeeer, Voteeeer!!!». Quand je suis sortie pour acheter le journal, j’ai vu un car rempli d’enfants criant par les fenêtres : «Laura! Laura!». Tout se passe comme si le Costa Rica avait gagné le Mundial! C’est très festif et je vous assure qu’il faut redoubler de prudence pour traverser la rue tant les conducteurs sont excités.
 
A côté du scrutin officiel, les enfants votent ici dès l’âge de 3 ans. Je suis allée voir en deux endroits. Au Musée des enfants, l’attente durait une demi-heure. Cinq tables, à leur hauteur, les recevaient. D’abord on leur imprimait une petite image sur le bras pour qu’ils ne puissent pas voter deux fois. On leur donnait alors un bulletin de vote et on leur expliquait comment voter. Ensuite ils allaient dans l’isoloir – oui l’isoloir, mais parfois les tout petits y entraient avec un de leurs parents – et enfin ils mettaient leur bulletin dans l’urne présidentielle. Et tout cela avec de la musique à plein tube, et la cafétéria du musée débordant des familles qui fêtaient l’événement. J’ai pu admirer la patience des enfants dans la file d’attente et leur orgueil en sortant.
 
Pour se rendre au second lieu, c’était du délire. Le Tribunal électoral s’attend à une participation de 7%; on aurait pu croire que 70% du parc automobile circulaient, pire que la pire heure de pointe, mais bon enfant, pas de stress. Presque toutes les voitures avaient des drapeaux, certaines des drapeaux de différents partis. Même les chiens portaient des dossards partisans! Et tout le monde klaxonnait en rigolant. Une chaîne de télévision avait installé le vote électronique et cela attirait de très nombreuses familles de toute la région. Là la file durait une bonne heure et enfants et parents restaient tout aussi patients. Mais impossible d’entrer sans enfant! 
 
Les résultats du vote des enfants sont très proches de ceux des adultes. Ce n’est pas surprenant, et pourtant. Dans une famille de mes amis, la mère a voté PAC, le père extrême-droite, le fils aîné de 7 ans a voté pour Laura et le cadet de 5 ans n’a pas voté! Dans toutes les familles il y a des divergences, mais on se respecte, comme aujourd’hui dans la rue.
 
Pour les adultes, les contrôles dans les bureaux de votes sont très serrés. Chacun doit présenter sa carte d’identité. Les listes électorales comprennent des copies de ces cartes, y compris la photo et la signature des titulaires. Ce matin, dans le journal, il y a l’interview d’un employé du Tribunal électoral qui prendra sa retraite après ces élections. Il raconte comment il a débuté. Il devait parcourir les endroits les plus reculés du pays, à vélo, à cheval ou à pied, et il allait de ferme en ferme demander aux gens s’ils avaient une carte d’identité, seul moyen de voter.
 
Dans les bureaux électoraux, les personnes qui enregistrent les votes viennent de tous les partis. Chaque bureau est surveillé par un représentant du Tribunal électoral et par un juriste. Au total 300’000 volontaires assermentés vont participer. Sans compter les représentants de l’Organisation des Etats latino-américains. Et à la sortie, des ados, scouts et autres, marquent les mains de ceux qui ont voté d’une encre indélébile. C’est sérieux, c’est une fois tous les 4 ans, et les citoyens élisent aussi les députés à l’Assemblée nationale et les représentants municipaux. Les gens croient en la démocratie, ils croient sincèrement que leur vote peut faire changer les choses.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10301
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10301 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.