Mode lecture icon print Imprimer

«Public Eye» reste vigilant à Davos

En marge du Forum économique mondial, un coup de projecteur bienvenu de la part de la Déclaration de Berne et de Greenpeace

icone auteur icone calendrier 24 janvier 2010 icone PDF DP 

Thématiques

Toujours robuste, le Forum économique de Davos fête ses quarante ans. La longévité exceptionnelle de ce rendez-vous affairiste et mondain prouve que sa recette est bonne. Le WEF empoigne les thèmes à la mode pour attirer les leaders politiques et économiques avides de publicité médiatique. La réglementation financière, la maîtrise des émanations de CO2 et le rôle d’Internet s’imposaient donc à l’agenda du Forum 2010.

Comme on l’a déjà constaté l’an passé, les altermondialistes vieillissent un peu moins bien (DP 1754). L’Autre Davos, interdit  dans la station grisonne, tient à l’Université de Bâle un forum inspiré par ATTAC. 
 
Les organisations à la critique moins radicale sont admises à Davos. La Fédération des Eglises protestantes y convoque un débat, retransmis par la TV alémanique, pour remettre en question le modèle suisse, son secret bancaire et son attitude de pique-assiette en Europe.

Public Eye, piloté par Greenpeace et la Déclaration de Berne, entend diriger le  regard du public vers ce que cachent les grands de ce monde. Pour la  sixième fois, il distribue à l’ouverture du Forum le «prix de la honte» décerné à l’entreprise la plus irresponsable de la planète. Les internautes peuvent choisir entre six nominées. A quelques jours du verdict, ce coup de sonde, ou plutôt ce coup de gueule, voit se détacher clairement une multinationale française et une suisse. GDF Suez est épinglée  pour son rôle déterminant  dans la construction d’un gigantesque barrage sur le Rio Madeira brésilien. Roche, deuxième nominée, teste ses médicaments antirejet dans les hôpitaux de Chine. Les tests sont médicalement irréprochables. Mais le choix du lieu est critiquable. La Chine peut pratiquer massivement des transplantations parce que les organes utilisés ne manquent pas: 90% d’entre eux sont prélevés sur les condamnés à mort. La rigueur d’un vote par Internet  est évidemment facilement contestable. Mais chaque coup de projecteur sur ce que taisent les multinationales reste bienvenu.
 
En cette année 2010, Public Eye se permet deux nouveautés. C’est d’abord l’opération Greenwash qui s’en prend aux organismes privés ou publics décernant des certificats de vertu bidon à des entreprises qui ne les méritent pas. C’est aussi le vigoureux coup de projecteur sur la demeure Rive-Reine à La Tour-de-Peilz. Depuis 35 ans, ce centre de congrès de Nestlé réunit dans la plus parfaite discrétion les grands décideurs de Suisse pour orchestrer l’avenir du pays. Eclairé par Public Eye, le Tages Anzeiger, quotidien zurichois à grand tirage, a consacré une pleine page à cette conférence secrète au sommet. La transparence est  nécessaire au pays de la libre formation des opinions.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10286
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10286 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Les commentaires sont fermés.