Mode lecture icon print Imprimer

TV et radio sont des services publics et universels. Finançons-les par l’impôt

Une alternative plus audacieuse que la généralisation à tous les ménages de la redevance prélevée par Billag SA

icone auteur icone calendrier 24 novembre 2009 icone PDF DP 

Thématiques

L’Office fédéral de la communication envisage de soumettre tous les ménages à la redevance de réception de la radio et de la télévision.

La redevance, qui rapporte 1,1 milliard de francs par année, date de l’époque où n’existait qu’une seule chaîne nationale par région linguistique et où nombre de ménages n’étaient pas équipés d’un téléviseur. Il y avait dès lors une relation directe entre un produit – une chaîne nationale – et une sorte d’abonnement à ce produit, comme il en existe pour les journaux. Ce lien est maintenant de plus en plus flou en raison de l’augmentation du nombre de chaînes, privées et publiques, et des nouvelles possibilités d’y accéder, notamment via Internet, qui affranchit de la contrainte horaire. On ne compte plus les appareils – de l’ordinateur au téléphone mobile en passant par les baladeurs et consoles de jeux – permettant d’écouter la radio ou de regarder la télévision. Et le taux d’équipement parmi la population est tel qu’il est légitime de considérer que chaque ménage, voire chaque habitant, a accès à la radio et à la télévision. Dans ces conditions, c’est le principe même de la perception d’une taxe – ce qu’est en réalité la redevance – qui n’a plus guère de sens. Celle-ci, dès lors qu’elle est universelle, devient en effet un impôt par tête – ou par ménage, notion elle aussi de plus en plus relative.

Considérées comme des services publics, soumises à des règles en matière de financement, d’organisation, de diffusion, radio et télévision ne devraient-elles pas plutôt être ouvertement financées par l’impôt dès lors que leur service est accessible à chacun? Cette approche aurait l’avantage de supprimer les frais de perception (dont le coût annuel est de 55 millions de francs), d’être adaptée automatiquement au revenu du ménage ou de l’entreprise et d’éviter la resquille, donc de supprimer tout opération de contrôle.

Cette solution a le mérite d’être simple (une fois mise en oeuvre) et sociale. Mais elle comporte aussi un risque, celui de soumettre la SSR à l’humeur des parlementaires et aux aléas des procédures budgétaires de la Confédération. On sait en effet les Chambres fédérales enclines à manifester leur mauvaise humeur face à l’indépendance des médias lorsque ceux-ci deviennent impertinents. On se souvient par exemple de la violente réaction du Parlement qui, en 2005, à la suite d’une campagne du Blick contre une exposition provocatrice de Thomas Hirschhorn au Centre culturel suisse de Paris, avait réduit d’un million le budget de Pro Helvetia.

La fiscalisation de la redevance doit donc être étudiée, mais nécessitera en cas d’adoption de sérieuses garanties d’indépendance et de revenus pour la SSR et les chaînes privées qui en bénéficient. Ce sera alors le rôle de la loi de fixer ces paramètres, par exemple en affectant certaines recettes ou en déterminant à l’avance le mode de calcul de la participation fédérale au budget des médias concernés.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10243
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10243 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    olivier melet says:

    Quelle bonne idée. En plus si elle passe il deviendra plus difficile de ne pas envisager le même type de financement pour la santé à la différence que les médias devraient émarger sur l’impôt fédéral uniquement, la santé devant être partagée entre TVA et impôt cantonal…

  • Oui, il est temps de faire cesser la pression injuste et abusive des redevances perçues sur les ménages pauvres, assistés ou non, jamais dispensés et toujours mis aux poursuites pour non-paiement. Qu’on ait dû attendre jusqu’à ce jour pour entendre cette suggestion de simple bon sens me dérange beaucoup!

  • 3
    R. Lecoultre says:

    Pour un esprit suisse, cette proposition n’est-elle pas justement trop simple et trop efficace pour être adoptée?

  • 4
    Jacques ANSELME says:

    L’idée de financer la radio-télévision de service public par les impôts me fait très peur, c’est la « parfaite fausse bonne idée »! En théorie, ça semble plausible, mais en réalité ça fonctionne très mal au niveau de la liberté d’expression et de l’indépendance des médias vis-à-vis du pouvoir politique. Les bons élèves: la Grande-Bretagne et sa BBC, Les Pays-bas et son NOS où même les toutes petites minorités peuvent s’exprimer, la Suisse. Quand la majorité change au niveau fédéral, on ne remplace pas les directeurs des chaînes radio et télévision comme en France. Que dire de l’Espagne où la redevance n’existe pas. L’Etat central finance, avec l’aide de la publicité, la TVE int. Les pressions subies par les journalistes y sont très grandes. Quand aux anciens pays communistes… n’en parlons plus!!!

  • Une redevance fixe, obligatoire pour tous les ménages, accable les moins bien lotis de manière disproportionnée. Il est plus équitable de prélever le montant sur les impôts puisqu’ils sont encore plutôt progressifs.

Les commentaires sont fermés.