Mode lecture icon print Imprimer

Un minaret pour Ben Khalifa!

Les jeunes footballeurs montrent la voie à suivre pour le match du 29 novembre

icone auteur icone calendrier 16 novembre 2009 icone PDF DP 

Thématiques

La seule vraie religion actuelle est le sport. Plus précisément le football. La Suisse a désormais ses dieux: Seferovic, Ben Khalifa, Siegrist et autres Chappuis. Champions du monde de football, excusez du peu! Chez les moins de 17 ans, dirons les esprits mesquins. La Suisse, pays de vieux, championne du monde des jeunes, voilà pourtant de quoi nous réjouir.

L’équipe des moins de 17 ans est multiculturelle, composée de double nationaux. Rien d’extraordinaire à cela. Cette équipe de jeunes n’est rien d’autre que le miroir, la vitrine même, de notre pays. Non pas la Confédération helvétique cauchemardée sur les affiches des anti-minarets, mais telle qu’elle existe là où vivent les gens. Autour des terrains de football plutôt que dans des mosquées. La Suisse vit déjà sa diversité. Et elle la vit plutôt bien. Seul un commentateur victime de ses préjugés a pu confondre un joueur suisse et un nigérian en raison de leur même couleur de peau. Le racisme a quitté les terrains pour n’exister que dans nos têtes bien malades.

La victoire historique du 15 novembre est ce qui pouvait arriver de mieux avant le match décisif du 29 novembre. La jeunesse qui gagne montre la voie au peuple qui doute. Comme pour mieux le convaincre qu’approuver l’initiative pour l’interdiction des minarets serait une tache indélébile dans notre histoire. Un auto-goal indigne de notre réussite à faire jouer ensemble onze adolescents mieux que les autres. Quelle que soit leur religion, quelle que soit leur couleur de peau. Cette Suisse-là n’est pas celle de l’UDC, ce parti qui a fait le hold-up du siècle en s’auto-proclamant défenseur d’une prétendue identité helvétique. Il n’y a pas d’autre identité que celle que nous construisons jour après jour. Le 15 novembre dans un stade nigérian ou le 29 novembre dans les urnes.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10233
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10233 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Ok, ce titre a été gagné par une équipe qui symbolise la Suisse multiculturelle, et c’est très bien.

    De là à utiliser le nom d’un joueur qui n’a rien demandé à personne, il y a un pas, non?

  • Si le sport est la seule religion, il n’a pas besoin des arrogants minarets qui sont le symbole de l’accaparement d’un territoire par une autre religion qui, celle-là, égorge, lapide et excise, la musulmane, tout le monde l’aura reconnue, puisqu’elle est la seule dans son genre.

    « Cette Suisse-là n’est pas celle de l’UDC, ce parti qui a fait le hold-up du siècle en s’auto-proclamant défenseur d’une prétendue identité helvétique. »

    Prétendue? S’îl n’y avait pas d’identité suisse, il n’y aurait pas de Suisse ni de Suisses, en vertu du même principe qui fait que s’il y a pas de Belgique ni de Belges – comme le notait déjà en 1912, le socialiste Jules Destrée -, c’est parce qu’il n’y a pas d’identité belge.

  • 3
    Figure géométrique says:

    L’équipe de foot des moins de 17 ans, le Cenovis, 26 constitutions cantonales, 1 constitution fédérale, 4 langues nationales, naître en Suisse mais ne pas être suisse, Victorinox, les cloches de l’église qui sonnent au loin, la gare de ma ville, les Alpes, les rivières, le soleil, la nuit, le jour, la lune, mes voisins saoudiens, portugais, indiens, ghanéens, la Migros, le lynx, les CFF, les lacs, la façade de la synagogue, le yoodle, les montres, Caran d’Ache (le crayon suisse a un nom russe), la voie lactée, la concordance, La Poste quand c’était les PTT, la naturalisation facilitée, tout cela que nous aimons un peu, beaucoup, passionnément ou pas du tout.

    Moi j’espère mon raton laveur, le chant du muezzin. Parce que c’est beau, le chant du muezzin, beau comme la sonnerie des cloches, beau comme le soleil qui se lève sur les Alpes.

    Merci pour votre article, Monsieur Dépraz.

Les commentaires sont fermés.