Mode lecture icon print Imprimer

Le Tessin panique et Merz aligne les boulettes

L’amnistie fiscale italienne met à son tour en lumière l’ambiguïté de la Suisse par rapport au rôle de son secteur bancaire

icone auteur icone calendrier 27 octobre 2009 icone PDF DP 

Thématiques

La dernière amnistie fiscale décidée par le gouvernement italien fait trembler la place financière tessinoise, refuge privilégié des capitaux de la péninsule à la recherche de l’anonymat. C’est que les autorités italiennes ne font pas dans la dentelle pour convaincre les contribuables de rapatrier leurs fonds: la garde des finances a installé des caméras infrarouges aux frontières et le long des autoroutes menant au Tessin et ses enquêteurs en civil investiguent sur territoire helvétique. Les banquiers tessinois craignent de perdre  20 à 30% de la fortune italienne placée dans leurs coffres. Leurs soucis ont été relayés à Berne par le gouvernement cantonal. Et le président du parti libéral-radical suisse s’est même fendu d’une lettre de lecteur dans le Corriere della Serra de Milan.

Hans-Rudolf Merz, le spécialiste de la boulette politique, n’a pas manqué l’occasion. Il a assuré le Tessin de son soutien. En clair, il veut venir en aide à des banquiers tessinois qui ont construit leur prospérité sur l’évasion fiscale et à des autorités cantonales qui ont trop longtemps favorisé un développement économique unilatéralement fondé sur le secteur financier bénéficiant de la proximité immédiate de la riche métropole lombarde. Le président de la Confédération, si prompt à souligner la souveraineté helvétique face aux critiques de nos voisins à l’égard du secret bancaire et du traitement fiscal privilégié des sociétés étrangères, va-t-il donc mettre en question le droit de l’Italie à amnistier ses contribuables et à démasquer les réticents? La démarche serait d’autant plus maladroite que, dans le cadre de nos relations pour le moins tendues avec le régime libyen, l’entremise de l’Italie pourrait se révéler utile.

Voir aussi: Evasion fiscale: la colère de l’Italie est justifiée, pas celle de la Suisse (03.11.09)

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10216
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10216 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    Pedro del Río says:

    Pourquoi Merz ne devrait-il pas soutenir la place financière tessinoise après avoir soutenu la place suisse contre les attaques de Steinbrück? Qu’il ait raison ou tort il ne peut pas discriminer selon la région du pays atteinte. Finalement c’est la prospérité de tout le système bancaire suisse qui tire des grands avantages de l’évasion fiscale, pas seulement celui du Tessin. Si Genève avait un problème avec la France comparable à celui du Tessin avec l’Italie, et que Merz ne disait rien, je ne doute pas que les réactions des élus et de la presse romands seraient hystériques.

Les commentaires sont fermés.