Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Avenir de l’AVS: pas de faillite en vue

Les démolisseurs du premier pilier perdent de vue qu’ils sont tous les trois nécessaires à un système de retraite durable

Inconséquents tous ces Cassandre qui annoncent la faillite de l’AVS d’ici 15 ou 20 ans, mais qui n’ont pas bougé un cil pour renflouer l’assurance-invalidité et l’assurance-chômage en déficit depuis des années. Inconséquents, mais aussi menteurs car leurs soi-disant calculs, fondés sur le droit actuel, ne tiennent pas suffisamment compte ni d’une augmentation possible de la croissance économique, ni d’une immigration de travailleurs étrangers qui se poursuit depuis des décennies et dont rien n’indique la fin.

Une autre faiblesse de ces prévisions tient à l’indice mixte. Les rentes sont indexées à la moyenne de l’augmentation des prix et de celle des salaires. Si l’indexation se limitait à l’évolution du coût de la vie, un taux de croissance plus élevé permettrait de financer davantage de rentiers. Mais les prévisions incluent une progression des salaires, ce qui conduit à une augmentation réelle des rentes, dont personne ne parle, et qui absorbe les ressources supplémentaires prévues.

Contrairement au deuxième pilier, dont la solidité dépend d’un marché des capitaux dont on vient de découvrir la fragilité qui est le revers de son dynamisme potentiel, la rente AVS que l’on verse aux retraités dépend uniquement de la marche de l’économie et surtout de la pérennité du système. On doit dire aux jeunes salariés qu’ils toucheront leur AVS tant que l’économie suisse continue d’être prospère et que la génération alors active accepte de verser des cotisations ou, en d’autres termes, une petite partie du revenu national. Augmenter au besoin les cotisations AVS, ou mieux encore financer une partie des rentes par la TVA de façon à ne pas réduire la compétitivité de nos entreprises et frapper aussi les biens et services importés, n’a, au demeurant, pas du tout les mêmes conséquences en période de stagnation ou avec une croissance de l’économie – et des revenus – de 3 % par exemple.

Les retraités d’aujourd’hui ont largement financé l’AVS d’une génération qui avait peu ou pas payé de cotisations. Or on les traite de privilégiés, touchant des rentes payées par la génération actuelle qui elle ne toucherait plus rien, l’AVS n’étant plus viable. Quelqu’un peut-il vraiment imaginer que l’on va supprimer les rentes vieillesse? Pourtant certains n’hésitent pas à répéter, et ce depuis des dizaines d’années, que l’AVS court à la faillite. Donner l’impression que le premier pilier ne survivra pas est le plus sûr moyen de démotiver ceux qui paient des cotisations!

Comment expliquer cette politique de démolition systématique? Elle est menée par ceux qui ont laissé se creuser les trous de l’assurance-invalidité et de l’assurance-chômage, espérant effrayer l’électeur et lui faire ainsi plus facilement accepter des économies sur le dos des plus défavorisés. Pour les retraites, comme il faudra bien finir par les financer, ils emploient une autre tactique: persuader ceux qui sont encore jeunes qu’ils paient pour rien. Car ces mêmes milieux sont les chantres du deuxième et du troisième pilier: avoir son propre argent pour ses vieux jours plutôt que payer à l’AVS pour les autres et devoir dépendre, au moment de sa retraite, des cotisations des actifs. La crise financière a montré combien il serait risqué de ne compter que sur son bas de laine et son deuxième pilier. Le système de répartition de l’AVS est plus solide économiquement. Il est plus sûr, à condition que tous lui fassent confiance. Mais il ne rapporte presque rien aux banques,  aux assurances et aux autres institutions financières. Est-ce là l’explication?

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10195
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10195 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Au contraire du 2ème pilier — qui avait fait l’objet d’âpres discussions avant la votation qui l’avait institué — l’AVS et l’AI ont ceci de particulier que ce sont des assurances sociales qui ne thésaurisent pas, hormis leurs réserves légales. L’argent des cotisations circule pour être immédiatement versé sous forme de rentes.

    Il semblerait que cette solution soit bien plus résistante aux aléas de l’économie triomphante dont on connaît aujourd’hui les faiblesses gravissimes qui ont conduit à la crise actuelle. Combien de caisses de retraîte relevant du 2ème pilier — sans compter le fameux 3ème pilier dont plus personne en parle — ont perdu des sommes importantes aux jeux de hasard auxquels se sont livrés les gérants de capitaux. Quelle proportion de rentiers voient leurs revenus tronqués sans qu’ils n’y puissent rien ? Quels effets ces pertes ont-elles sur le système économique de notre pays?

    Ne serait-il pas temps de réfléchir la pertinence de notre système de prévoyance sociale, eu égard à ce que la crise nous apprend aujourd’hui ? N’y aurait-il pas lieu de construire une Constitution économique mondiale qui définisse des objectifs moraux pour les échanges de biens et de monnaies (par ex. : http://www.ecce.name) ? N’est-il pas temps que les citoyens se mobilisent?

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP