Mode lecture icon print Imprimer

Convenance ou concordance : il faut choisir

Pas de modification de la composition politique du Conseil fédéral le 16 septembre

icone auteur icone calendrier 11 septembre 2009 icone PDF DP 

Thématiques

Christian Levrat, le président du parti socialiste suisse, et une majorité de son groupe parlementaire manifestent une préférence marquée pour le candidat démocrate-chrétien Urs Schwaller. Quand bien même ce dernier, comme on pouvait s’y attendre, a clairement refusé de se positionner plus à gauche en échange du soutien socialiste. Dès lors on peine à comprendre le jeu des enchères auquel se livrent les socialistes.

Certes la personnalité des candidats et leurs options  ne sont pas négligeables. Encore faut-il regarder de près pour détecter les nuances politiques qui distinguent le radical neuchâtelois du démocrate-chrétien fribourgeois.

L’enjeu premier de cette élection complémentaire est ailleurs. C’est de la sauvegarde de la concordance comme principe de gouvernement qu’il s’agit (cf. DP 1806). Or de concordance, il n’en est guère question dans cette campagne. Rien ne justifie de modifier la composition politique du Conseil fédéral à l’occasion de cette élection complémentaire. Ni une modification significative du rapport des forces, ni un retournement soudain du parti radical qui, à l’exemple de l’UDC, se serait mis à pratiquer une opposition systématique l’excluant dès lors de la gestion exécutive. L’équilibre des forces devrait donc conduire à élire un (libéral-)radical.

On peut comprendre le désir démocrate-chrétien de retrouver son deuxième siège. Mais l’échec du PDC en 2003 – Ruth Metzler fut alors éjectée du Conseil fédéral – incombe aux démocrates-chrétiens eux-mêmes dont certains députés n’ont pas hésité alors à donner leur voix à Christoph Blocher. S’ils veulent réparer cette erreur, c’est à l’UDC qu’ils devront s’attaquer en 2011.

On peut également comprendre la tentation socialiste de soutenir un candidat quelque peu plus social que son concurrent radical. Mais succomber à cette tentation risque de coûter cher à terme. Si la composition politique du Conseil fédéral résulte à l’avenir de telles considérations, le principe de convenance se substituera à celui de la concordance. A ce jeu, les socialistes ne peuvent que perdre. Surtout on voit mal comment pourrait fonctionner un gouvernement issu d’une telle noce à Thomas : c’est précisément la concordance qui permet au Conseil fédéral de gouverner, privé qu’il est d’une majorité parlementaire automatique et soumis au contrôle incessant du peuple.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10183
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10183 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Avec ça vous ne nous dites pas si votre préférence, et celle des rédacteurs de Domaine Public, est plutôt pour l’un des deux candidats officiels du PLR: le terne Burkhalter ou le brillant Lüscher, ou au contraire pour le Sprengkandidat Marty, poussé par le grand penseur Andreas Gross, Luc Recordon, et tout le « Lobby Dick » parfois aussi appelé « groupe des 13« , progressiste et pro européen.

    On reste un peu sur sa faim, ce d’autant que tout récemment, Domaine Public voyait en Mme Chassot, PDC, la candidate idéale parée de toutes les vertus. Son élection aurait pourtant causé une rupture de la concordance que vous prônez aujourd’hui…

Les commentaires sont fermés.