Mode lecture icon print Imprimer

Cessez-le-feu dans la guerre du lait

Une entente forcée «à la suisse» remplace le contingentement étatique

icone auteur icone calendrier 3 juillet 2009 icone PDF DP 

Thématiques

Les paysans peuvent reprendre leur souffle. Un premier coup de frein vient d’être donné à la dégringolade du prix du lait. Producteurs, transformateurs et distributeurs viennent de créer l’Interprofession du lait pour réglementer en commun un marché chaotique. La fin du contingentement imposé par la Confédération, survenue en pleine crise de surproduction mondiale (DP 1821), a provoqué en quelque mois une chute de 20 centimes du prix à la sortie de l’étable.

Emmi, Cremo, Migros et autres Coop, qui tiraient avantage d’un marché excédentaire, ont tardé à rejoindre l’Interprofession. Ils ont fini par s’y rallier après l’intervention de l’Union suisse des paysans et de la Confédération. La pression des paysans en colère et l’organisation de manifestations musclées organisées par le syndicat Uniterre ont sans doute contribué à faire plier les récalcitrants qui redoutaient une dégradation de leur image auprès du public.

Les bases de la future organisation du marché sont acceptées par tous. Une quantité de base, le «lait contractuel», sera payée aux paysans à un prix négocié par les partenaires. Le prix des quantités supplémentaires, le «lait de bourse», variera selon le principe de l’offre et la demande. Ce mécanisme boursier devrait contribuer à diminuer la production et équilibrer le marché. En cas d’excédents non maîtrisés, le lait sera écoulé à l’étranger aux prix mondiaux. Cette entente entre partenaires est admise par la loi sur l’agriculture. Elle échappera donc à une condamnation de la Commission fédérale de la concurrence.

Un cessez-le-feu n’est pas encore la paix. L’Interprofession doit encore s’entendre sur le volume du «lait contractuel» et sa répartition aux différentes organisations régionales de producteurs. De plus, il faudra déterminer si l’on favorisera les paysans qui n’ont pas augmenté leur production au détriment de ceux qui l’ont gonflée. Bref, le système du contingentement abandonné par la Confédération resurgira, mais autogéré par la profession. Il faudra aussi, et ce n’est pas le moindre défi, s’entendre sur les prix négociés par contrat. En commentant la création de l’Interprofession, le président de l’Association de l’industrie laitière rappelle que le prix du lait devra se rapprocher du niveau de celui de l’Union européenne. Tout reste donc à faire. Mais la guerre ouverte fait place à la négociation dans un cadre institutionnel précis. Paysans et industriels disposent d’un nombre égal de représentants et chaque décision exigera une majorité qualifiée de chaque groupe. Bref, une solution «à la suisse».

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10153
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10153 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.