Mode lecture icon print Imprimer

Succession Couchepin: pas d’élection d’antichambre!

L’élection complémentaire au Conseil fédéral ne saurait se faire à la calculette. L’enjeu est politique

icone auteur icone calendrier 21 juin 2009 icone PDF DP 

Thématiques

Une élection au Conseil fédéral, c’est l’assurance que les médias auront du grain à moudre. Deux partis pour un siège, mais pas n’importe quels groupuscules, deux partis historiques, les radicaux fondateurs de la Suisse moderne et les perdants du Sonderbund, progressivement réintégrés dans l’exercice du pouvoir fédéral.

En 1919, après l’élection du Conseil national à la proportionnelle, les radicaux tiennent 5 sièges sur 7, les conservateurs-catholiques 2. En 1929, les radicaux passent à 4, cédant un siège aux agrariens (futurs UDC). En 1943, ils se retrouvent 3, un siège passe aux socialistes. En 1959, ils sont réduits à 2. C’est la formule magique: deux radicaux, deux conservateurs, deux socialistes, un agrarien. Elle tiendra presque un demi-siècle. Aujourd’hui l’affrontement oppose les deux partenaires du début du siècle passé et les radicaux qui menaient 5 à 2 sont menacés d’un 1 à 2. Historique certes, spectaculaire. Et pourtant l’enjeu n’a rien d’épique. Plutôt boutiquier.

L’UDC et son allié

La formule magique est morte sous la poussée de l’UDC. En 2003, la droite parlementaire réussit à prendre le pouvoir en faisant élire non seulement Blocher, mais aussi Merz. Le PDC perd le siège de Ruth Metzler avec la complicité (la trahison) de quelques-uns des siens. Ce parti est ramené à un seul représentant. Il parle dès lors de revanche.

L’erreur stratégique de 2007

En 2007, la majorité du Parlement désire ne pas réélire Blocher qui s’est révélé non soluble dans la collégialité. Le PDC avait l’occasion de récupérer son siège en opposant frontalement à Blocher un adversaire (Urs Schwaller) et en défendant quelques thèmes simples (ouverture de la Suisse, consolidation de la politique sociale). Au nom du respect de la proportionnelle, on a préféré élire un(e) UDC contre le choix de son parti.

La reconquête du deuxième siège, qui aurait pu être un acte politique fort, a été abandonnée au profit d’une manœuvre dont le seul mérite était l’éviction de Blocher.

Deux zéros après la virgule

La revendication PDC tombe en pleine législature sans que le peuple ait par les élections donné une orientation. Faute de faits nouveaux, elle est fondée sur l’importance numérique du groupe parlementaire PDC qui serait supérieur en pourcentage à celui des radicaux. La composition du gouvernement se calculerait au centième. Cette arithmétique ne convainc personne.

Déclaration de principes

Puisque la revendication d’un deuxième siège au Conseil fédéral émane du PDC, il lui appartient de la justifier par une déclaration publique précisant en quoi et sur quels points il ferait sinon mieux du moins autrement que son concurrent radical. Il est tenu de répondre à la question simple: pour quoi plus de pouvoir? On peut s’attendre à des promesses écologiques, c’est bon à prendre. Sans surprise encore, des bercements en faveur de la famille, Colin mon p’tit frère appréciera. Mais plus décisif sera le positionnement à l’égard de l’UDC dont le droit à deux sièges au Conseil fédéral est contestable. Car ce parti hostile à l’Europe, méfiant à l’égard de l’étranger, s’opposant à la consolidation de la politique sociale, ne peut être associé aux responsabilités gouvernementales. Il ne saurait y avoir une nouvelle formule magique englobant l’UDC.

A défaut d’une telle affirmation politique forte, l’élection complémentaire se ferait dans les couloirs, les rabatteurs pointeraient chaque voix, une seule pouvant faire la différence – et, dans ce cas de figure, Zisyadis composerait le Conseil fédéral.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10143
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10143 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    Josef Zisyadis says:

    Oh, je doute, cher André, que ce choix dépende de mon vote…

  • 2
    acolino says:

    Tout à commencé à mon avis depuis 2007 et les manipulations du PDC. Ils ont tout focalisé sur Blocher. Ils ont transformé l’élection des conseiller fédéraux en véritable guerre de pouvoir. J’ai certains doutes par rapport à leur réussite lors des prochaines élections (2011). La population leur en voudra je pense.

  • 3
    francine jeanprêtre says:

    La conclusion de ton article, cher André, est fort drôle! La situation l’est moins car elle donne une image de grand guignol de la scène politique fédérale.. Ces départs selon le « bon vouloir » illustrent une totale désunion de ce collège, un programme de gouvernement inexistant, etc.. Vrai que les médias rajouteront une couche quotidienne vu la saison… sur les nouveaux étalons!!

Les commentaires sont fermés.