Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Votations fédérales: il n’y a pas de majorité populaire de hasard

62% d’abstentions! Plutôt que de s’y résigner il faut innover dans les modalités de participation à la vie démocratique

Les votations fédérales du 17 mai 2009 ont vu la participation des électeurs atteindre péniblement un petit 38%. On n’y réagit presque plus tant l’habitude est prise. Il est d’ailleurs significatif que les médias insistent sur la participation lors de nos consultations politiques alors que des pays voisins, qui ne convoquent généralement leurs citoyens que pour des élections, préfèrent parler du taux d’abstention. Dans le canton de Schaffhouse, où le vote est obligatoire, la participation plafonne à 59% et Genève, où la participation s’est élevée sous l’effet du vote postal généralisé (en attendant l’Internet), se contente d’un modeste 40,5%. Les cantons du Jura (27,9%) et de Glaris (26,3%) voient même les trois quarts des électeurs bouder les urnes.

Fondamentalement le système démocratique garantit à chacun la liberté de ne pas participer. C’est ainsi que 62% des électeurs ont effectivement renoncé à se prononcer bien que le résultat sur le passeport biométrique (avec base de données centralisée) promettait d’être particulièrement serré. Le résultat s’est finalement joué à seulement 5’504 voix et le quotidien Le Temps a même évoqué une «majorité de hasard», comme si la décision résultait d’un pile ou face.

Cette situation paradoxale s’est déjà produite par deux fois depuis le début de ce siècle: l’initiative Services postaux pour tous a été refusée par 11’343 voix d’écart le 26 septembre 2004 (participation «remarquable» de 53,53%), alors que l’initiative Contre les abus du droit d’asile était refusée par seulement 4’208 voix le 24 novembre 2002 (avec une participation de 48,12%). De si faibles écarts sont regrettables car il contribuent à alimenter la suspicion. Ainsi des recomptages de bulletins ont d’ores et déjà été demandés à Zurich et à Lucerne.

La population s’est exprimée et il convient désormais de tenir compte de ses décisions sans se lancer dans d’interminables jeux d’interprétation. Mais ce n’est pas le hasard qui produit les décisions populaires à résultat serré. En effet, ces décisions ne sont pas aléatoires, elles dépendent avant tout de la mobilisation des électeurs des deux camps respectifs.

Lors de la soirée électorale sur la TSR, plusieurs invités ont invoqué le faible engagement des partis politiques et des grandes organisations dans la campagne et la nette diminution du nombre des affiches et annonces dans les journaux, en comparaison avec les consultations précédentes. La crise économique est passée par là, rendant les sponsors plus parcimonieux et les partis plus prudents. Mais si la participation électorale dépend des mêmes ressorts que l’achat de limonade, cela devient préoccupant pour l’état de notre démocratie.

Naturellement, les diverses publicités de campagne fonctionnent comme un rappel incitant les gens à ne pas oublier d’accomplir leur «devoir civique», mais on ne peut s’empêcher de penser qu’un réel engagement civique ne doit pas dépendre de l’argent investi dans le marketing de campagne. D’ailleurs, il faut relever que cette campagne de votation a été moins marquée que d’autres par des messages à caractère émotionnel et semble avoir laissé une plus grande place aux échanges d’arguments.

La participation ne consiste pas uniquement à déposer un bulletin dans l’urne. Elle demande un réel effort de réflexion et de décision qui implique la lecture des arguments et la confrontation des idées. Une participation de 38% est misérable et il faudrait songer sérieusement aux moyens d’impliquer une majorité d’électeurs. L’effort devrait porter prioritairement dans deux directions: la formation des futurs citoyens et l’information en vue des votations.

Les bases d’instruction civique sont censées s’acquérir à l’école, mais elles sont malheureusement parfois délaissées en faveur d’autres impératifs. On pourrait donc imaginer d’impliquer plus directement les jeunes en proposant des «votes en blanc» dans les gymnases et les écoles professionnelles. Les résultats pourraient être connus avant l’échéance des votations. Cela mettrait en valeur les préférences des futurs électeurs et permettrait de les sensibiliser plus concrètement aux enjeux politiques.

Quant à l’information, elle provient aujourd’hui principalement de la brochure officielle et des efforts réalisés par les médias. Ici aussi, on pourrait imaginer un renouvellement des moyens à disposition en remplaçant la brochure officielle par un véritable journal. Tous les acteurs politiques (autorités élues, partis politiques, associations, etc.) seraient invités à y présenter leurs arguments. Il pourrait comprendre une partie officielle correspondant au contenu de la brochure actuelle, en laissant également un espace étendu aux autres intéressés. On pourrait encore penser à une plate-forme Internet comprenant la possibilité de créer des blogs ou des forums consacrés spécifiquement aux prochaines votations et reprenant les informations et discussions parues dans la presse et sur Internet. Ce regroupement faciliterait l’accès aux informations pour tous les citoyens.

Le débat redondant autour des moyens financiers à disposition pour les campagnes serait en partie relativisé avec de nouveaux moyens pluralistes d’information. D’un certaine manière, le référendum contre le passeport biométrique, initié par des jeunes utilisant les nouveaux moyens de communication (et ils ont été à deux doigts de gagner), nous montre peut-être la voie d’un renouvellement de la participation aux instruments de la démocratie directe. Une participation de seulement 38% doit nous inciter à la créativité démocratique.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10123
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10123 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • 1
    Carolus Magnus

    Recours contre les résultats de la Votation populaire du 17 mai 2009

    Une semaine après la publication des « résultats » de la Votation citée en référence, des
    Citoyennes et Citoyens dans plus de 18 Cantons de toute la Suisse nous signalent
    avoir fait recours contre les résultats officiels qui sont contestés, particulièrement
    dans le Canton de Lucerne (nombreuses aberrations statistiques en sus de plusieurs
    votations passées d’ores et déjà contestables, donc contestées), mais aussi ceux
    pratiquant le dépouillement du vote anticipés par pesage / avec des enveloppes
    transparentes / ne permettant pas la fermeture de l’enveloppe / ceux dans lesquels est
    (déjà) pratiqué le vote électronique.

    Toutes méthodes de dépouillements/consolidations électroniques qui permettent des
    fraudes électorales, fortemment suspectées pour cette votation au résultat très serré et
    aux enjeux politiques (contexte actuel des relations et sujets de tensions entre la
    Suisse et les USA et l’UE), et économiques importants (plusieurs milliards de CA
    pour l’industrie de la Biométrie au frais des contribuables suisses et de leurs libertés
    citoyennes).

    Nous vous remercions de porter ces informations à la connaissance de vos lectrices et
    lecteurs.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP