Mode lecture icon print Imprimer

Où en est la restructuration d’UBS?

Cela doit être la question essentielle pour les pouvoirs publics

icone auteur icone calendrier 17 février 2009 icone PDF DP 

Thématiques

M. Marcel Rohner, numéro un d’UBS, tenait, en annonçant la semaine dernière les résultats 2008, le rôle du valet fidèle de Madame la Marquise:
Déficit de 20 milliards, mais à part ça….
Retrait par les clients de 226 milliards, mais à part ça…
Licenciements, tout va très bien, tout va très bien.
Et cependant, il faut que l’on nous dise…

Où en est la restructuration de la banque? C’est la question essentielle que l’autorité publique est en droit de poser et l’imposer. Car une banque, telle UBS, ne peut pas à la fois tenir une part importante dans les affaires nationales de crédit et d’épargne, et opérer dans la gestion de la fortune privée internationale ainsi que dans les affaires de négoce. Les intérêts nationaux détenus par la banque ne peuvent pas être exposés aux aléas des placements, des investissements dans les grandes affaires mondiales. Qu’UBS soit présente sur les marchés internationaux, nul obstacle, à la condition qu’elle ne joue pas, à ce casino, l’argent du ménage. Autrement dit, la structure doit clairement séparer, juridiquement et non pas simplement sur le plan organisationnel, les activités et les risques qui en découlent. Et si cette claire séparation des risques n’était pas spontanément décidée, la loi sur les banques devrait l’imposer en ces termes: la banque qui détient plus de X pour-cent du crédit national ne peut participer pour plus de X pour-cent aux affaires internationales.

Concurrence

UBS a annoncé qu’elle allait renforcer sa présence sur le marché suisse, créant des divisions spécifiques pour encadrer cette intervention.

Or, le marché suisse est déjà bien quadrillé par les banques cantonales, régionales, Migros, Raiffeisen. La présence renforcée d’UBS ne peut que le stimuler. On s’en réjouirait si un des acteurs les plus importants n’avait pas bénéficié du soutien de l’Etat. La concurrence en est faussée. Le Conseil fédéral s’en était montré soucieux, mais à l’égard de Credit Suisse, qui l’avait rassuré. En fait, l’intervention de l’Etat en faveur d’UBS pose tout le problème de la structure des deux grandes banques suisses universelles, celui du marché national et de la concurrence. L’Etat ne peut limiter son action à un sauvetage.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10049
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10049 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Nous ne saurons pas les tenants et aboutissants de la fameuse restructuration, en outre seulement quelques specialistes pourront en tirer des appreciations qui seront naturellement divergentes.
    J en viendrai à vous dire que la banque ou les banquiers ne produisent rien, tout l´argent gagné est sur le dos d´un particulier ou d´une société.
    Il est temps d´établir des règles claires.
    Plus de ventes à découvert
    Plus de marché de subprime
    Plus de bonus
    Pus de secret bancaire. Eh oui, on ne peut plus faire confiance aux banquiers qui se sont plantés et nous avec.

  • ok avec les réflexions de M. Gavillet sauf sur un point: il peut certes alléguer que la concurrence est biaisée concernant l’UBS suite à l’aide de la Confédération. Mais celle-ci est de bien peu de poids par rapport à la garantie de fait ou de droit donnée aux banques cantonales. A l’heure où la confiance est plus que jamais le coeur du problème, les banques cantonales savent parfaitement jouer sur l’illusion d’une caution publique…

Les commentaires sont fermés.