Mode lecture icon print Imprimer

Nouvelle dérobade du Conseil fédéral sur le financement de l’AI

Le gouvernement doit organiser sans tarder le scrutin sur la hausse temporaire de la TVA en faveur de l’assurance invalidité

icone auteur icone calendrier 4 février 2009 icone PDF DP 

Thématiques

Après le 8 février, les électeurs se rendront à nouveau aux urnes le 17 mai. Mais pas pour se prononcer sur une augmentation de la TVA: le Conseil fédéral a annoncé la semaine dernière le report de ce vote sine die afin de donner la possibilité au Parlement de modifier son projet.

Bref rappel des faits. Le 13 juin 2008, les Chambres ont adopté un projet de modification de la Constitution qui prévoit une hausse de 0,4% du taux normal de la TVA pour une durée limitée, soit du 1er janvier 2010 au 31 décembre 2016. Le produit de ce relèvement sera entièrement affecté au Fonds de compensation de l’AI, nouvellement créé pour séparer le financement de l’AI de celui de l’AVS. Ce compromis âprement négocié est intervenu après une longue bataille parlementaire et un premier refus d’entrée en matière du Conseil national. Surtout, ce projet répond enfin – même si ce n’est que partiellement – aux besoins financiers urgents de l’AI. Un aspect qu’avait négligé à tort le législateur dans sa 5ème révision (DP 1729) consacrée à la chasse aux «z’abus» (cf. aussi le dossier de DP sur le sujet).

Assurer le financement de l’AI passe donc par une augmentation de la TVA. Et augmenter la TVA, même temporairement, passe par un vote du constituant. En effet, au moment de l’introduction de l’impôt sur la consommation, la droite avait exigé que la Constitution fédérale fixe elle-même des règles précises au sujet du taux de la TVA afin de soumettre toute augmentation au référendum. L’article 130, al. 1 Cst prévoit que le taux maximal de la taxe sur la valeur ajoutée est de 6,5%. L’alinéa 3 de la même disposition autorise la Confédération à relever d’1% ce taux si «par suite de l’évolution de la pyramide des âges, le financement de l’assurance-vieillesse, survivants et invalidité n’est plus assuré». Enfin, une disposition transitoire permet au Conseil fédéral de relever ce taux de 0,1% pour financer les grands projets ferroviaires. Le taux maximal autorisé par la Constitution – et pleinement appliqué – est donc de 7,6%. Avec le projet adopté l’année dernière par le Parlement, on atteindrait donc 8% dès le 1er janvier 2010.

L’étape suivante et logique de ce dossier est l’organisation de la votation populaire. C’est là que le Conseil fédéral entre en scène: la loi sur les droits politiques prévoit qu’il lui appartient de choisir le dimanche de la votation (désormais plus celui où le scrutin est clos que celui où les citoyens se rendront aux urnes). Le gouvernement est maître du calendrier, dicté par des considérations politiques. Mais, il n’a plus le contrôle du projet: si les conditions sont réunies, le texte voté par les Chambres doit être soumis à la sanction populaire.

En l’occurrence, le Conseil fédéral a franchi le Rubicon. Crise économique oblige, il entend permettre au Parlement de remettre l’ouvrage sur le métier quitte à reporter le vote au-delà du 27 septembre 2009 si nécessaire. Lisez: l’augmentation de la TVA risque de freiner la consommation; il faut donc renoncer à ce vote populaire qui pourrait se solder par un échec.

En remettant la balle dans le camp du Parlement, le gouvernement modifie les règles du jeu. Le compromis est négocié; l’urgence du financement de l’AI avérée. Le Parlement l’a dit et il appartient désormais au constituant de se prononcer sur ce 0,4% de TVA affecté à l’AI. Si le gouvernement et le Parlement veulent corriger le tir, ils peuvent proposer une autre modification, celle du taux ordinaire – non affecté. Et il y a aussi d’autres mesures susceptibles de relancer la consommation. Le Conseil fédéral crée un dangereux précédent: va-t-il renvoyer à l’expéditeur tous les textes qui ne sont pas promis à un avenir radieux en votation populaire? Cette tentative de renvoi anticonstitutionnel au Parlement constitue une dérobade de trop dans le dossier maudit du financement de l’AI.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10041
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10041 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Lamentable! Les rentiers AI ne reçoivent d’ailleurs pas des salaires mirobolants. Et puis, ce sont des gens qui consomment et dépensent en besoins de base. Ils font profiter pleinement, en quelque sorte, la société de leurs gains. Ceci devrait encore encourager l’augmentation du taux TVA pour subvenir aux personnes défavorisées. Cela serait une vraie solidarité.

Les commentaires sont fermés.