Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

TSR-RSR : la «fusion» n’est pas nécessaire

D’autres configurations sont envisageables et notamment pour l’Internet

La perspective d’une fusion (plus précisément nommée «convergence») des activités de la TSR et de la RSR fait des vagues avant même que les détails du projet soient connus. Les magistrats vaudois Pascal Broulis et Daniel Brélaz en ont profité pour amener la question sur le terrain de la localisation des activités et le Grand Conseil vaudois vient d’en faire de même, en prenant position à l’unanimité.Mais au-delà des questions d’ancrage dans les deux grandes agglomérations romandes, quels sont les enjeux de cette discussion?

A la lecture d’une interview du directeur de la TSR, Gilles Marchand, il apparaît que son intention est de réaliser des économies dans certains secteurs pour les affecter aux programmes. L’espoir du groupe de pilotage qui prépare une proposition qui sera soumise fin avril au conseil de la RTSR, puis par la suite au conseil d’administration national, est de rationaliser une partie de la gestion, notamment en gérant en commun les finances et les ressources humaines.

Mais ce que Gilles Marchand ne dit pas, c’est qu’il craint pour l’actuelle clé de répartition de la redevance qui est favorable aux médias romands. En effet, l’impulsion de départ vient de la SSR qui fait pression à la baisse sur les coûts. Selon L’Hebdo, les économies prévues seraient de 6 à 10%. Mais, en réalité, rien ne prouve qu’associer deux structures passablement différentes permettra les économies espérées et d’autres expériences ont déjà montré par le passé les difficultés entraînées par des structures de plus grande dimension. On peut s’attendre à ce qu’il ne soit pas évident du tout de trouver les synergies entre des activités qui ont un rythme passablement différent. L’intérêt économique du projet reste assurément à démontrer et les économies attendues ne seront probablement pas toutes au rendez-vous.

L’enjeu a donc bien deux dimensions: une question liée à la localisation des activités et celles de la réunion juridique et/ou financière des structures. Cependant, on pourrait aussi très bien imaginer des collaborations accrues, mais sans fusion. Un site Internet pourrait être géré en commun et il pourrait en aller de même pour d’autres activités, ce que les technologies actuelles permettraient aisément. Parce qu’au-delà des économies envisagées et de la perspectives du site Internet commun, on peine à trouver des motifs impératifs de «convergence» qui emportent la conviction.

Au contraire, les inconvénients apparaissent en pleine lumière. Le regroupement des trois activités médiatiques (télévision, radiodiffusion et Internet) dans la même entité est grosse de risques pour la diversité de l’information dans un marché aussi restreint que le marché suisse romand. De plus, l’existence de deux structures qui ne sont pas de tailles égales doit inciter à la prudence, car le risque de voir l’une d’elles absorbée progressivement par l’autre est bien réel.

Cela dit, il ne faudrait pas pour autant se cantonner dans un refus de principe: une collaboration active entre les deux médias, à l’heure où Internet brouille les frontières entre médias, peut constituer un réel avantage (lorsque même des journaux proposent des vidéos sur leurs sites). Mais une collaboration accrue n’implique pas forcément un regroupement et on pourrait très bien imaginer que la TSR et la RSR se dotent d’un site Internet commun qui permettrait de fait l’éclosion d’un troisième média. A une émulation traditionnelle entre la télévision et la radio viendrait s’ajouter une troisième équipe. Et c’est la qualité et la diversité de l’information qui pourraient en bénéficier.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10036
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10036 - Merci

Thématiques

En relation

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Il faut effectivementconserver des rédactions distinctes pour assurerla diversité. Mais on pourrait imagnier un service du personnel commun mais avec deux guichets. Cela permettrait de faciliter le passage d’un média à l’autre pour les journalistes et aussi d’autres collaborateurs. L’indépendance des rédactions ne serait pas mise en cause , mais les échanges d’expériences et des parcours plus ouvertspour les collaborateurs seraient un gain pour chacun

  • La Radio suisse de langue italienne (Rsi) et la Télévision suisse de langue italienne (Tsi) sont depuis toujours (ou presque) fusionnées (Rtsi), tout en gardant chacune son site et ses rédactions et ça à l’air de marcher. Pourquoi les romands ne seraient-ils pas capables de faire de même?

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP