Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Une aide sociale «intelligente» serait possible

Face à la pauvreté, il y a de fausses économies qui désavantagent les bénéficiaires tout en coûtant plus cher aux contribuables

Julia D. (nom fictif) a peur des souris. Qu’il en grouillait dans les écuries de son lointain village d’origine! Réfugiée en Suisse, elle a vécu dans une vieille ferme infestée de loirs. Sur sa demande, les autorités communales sont alors intervenues rapidement. Ses enfants (11 et 8 ans), qu’elle élève seule, vont à l’école et elle complète aussi ses connaissances. Elle ne veut pas entendre parler d’un conflit culturel entre sa patrie d’origine et la Suisse, car, ouverte sur le monde, elle ne pense pas en termes de «nation» et refuse tout conflit entre les générations. «Je prends ce qu’il y a de bien dans ce que mes parents m’ont apporté et dans ce que mes enfants apprennent à l’école», dit-elle.

Travail salarié et éducation des enfants

Les deux enfants de Julia sont le fruit d’une relation stable. Elle n’est pas mariée et ne touche aucune pension alimentaire. Comme nombre de mères célibataires, elle est engagée à l’heure. Au bénéfice d’un contrat à durée indéterminée, elle travaille à 50% comme caissière chez un discounter de l’informatique: «Parfois ce sont 20 heures de travail, d’autres, 30 heures ou 40, selon la quantité de travail», précise-t-elle. Son salaire mensuel moyen étant de 2000 francs, plus les allocations familiales, sa commune de domicile doit compléter avec l’aide sociale le revenu de cette jeune famille monoparentale. Mais Julia aimerait sortir le plus vite possible de cette situation. Finalement, dans sa patrie, elle travaillait comme comptable diplômée.

Une formation à rattraper

Or la Suisse ne reconnaît pas son diplôme. C’est pourquoi elle aimerait suivre les cours de l’école de commerce la plus proche, ce qui n’est pas gratuit. De plus, elle veut aussi conserver son petit salaire de caissière. Cependant, l’aide sociale communale aimerait la forcer à faire la formation moins chère de responsable de filiale. Julia essaie, en s’adressant à des fondations, de trouver l’argent nécessaire pour financer la différence de coût que représente la formation qu’elle souhaite suivre à l’école de commerce. Si elle terminait cette formation, elle pourrait subvenir elle-même à l’entretien de sa famille grâce à un travail intéressant. Par rapport à un soutien financier à garantir éventuellement sur la durée, les économies réalisées par la commune seraient considérables.

Echapper à la pauvreté

L’aide sociale soutiendra-t-elle le projet de Julia? Préférant une vision à court terme, ne voudra-t-elle financer que la formation minimale, malgré les vœux de Julia? Une aide sociale intelligente serait possible ici. Julia pourrait acquérir à moyen terme une formation professionnelle selon les normes suisses. Rudolf H. Strahm écrit dans Warum wir so reich sind * («Pourquoi nous sommes si riches») qu’une formation centrée sur une profession est comme une assurance contre la pauvreté ou un travail précaire… «Dépenser plus et faire plus d’efforts pour une formation proche du marché du travail et une intégration dans le monde du travail, cela permet de réduire plus tard les dépenses faites par l’État social pour lutter contre la pauvreté, ou de les éviter» (trad. Moitié).
_____

* Rudolf H. Strahm, Warum wir so reich sind, hep-verlag, Bern, 2008

Paul Ignaz Vogel rédige Hälfte / Moitié, service de média indépendant en matière de travail et de chômage édité par l’Association pour la justice sociale  (Wabersackerstrasse 21 3097 Liebefeld-Bern)

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10032
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10032 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Bonjour,

    pourquoi ne manifestons-nous plus dans la rue? Pourquoi ce silence? Où sont passées les générations de 68?

    Ana Landa

  • Merci Ana, je me croyais tout seul…

    Et bravo pour cet article si éclairant! Cela va de soi, personne ne penserait à le contredire, mais dans la pratique personne, à commencer par la CSIAS et en finissant par les responsables socialistes de services sociaux, ne pratique autre chose que son contraire. Alors à bientôt Ana.

  • Si nous ne réagissons plus, c’est que, peut-être, les causes pour lesquelles il faudrait réagir sont si nombreuses qu’il nous est impossible de choisir. Pourquoi défendre telle cause plutôt que telle autre? Mais on pourrait se mobiliser pour plus de bon sens. Ca servirait à coup sûr toutes les causes.

    Ha, le bon sens… c’est une denrée de plus en plus rare malheureusement. Et si les politiques, les administrations donnaient l’exemple?

  • Très intéresant, c’est exactement la situation que je vis en travaillant dans une petite assoc’. L’aide sociale préfère maintenir les gens la tête dans la boue que de les aider à s’en sortir réellement. Au mieux, ils peuvent espérer être engagés comme temporaires et ils seront toujours le premier bouchon à souter à chaque crise.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP