Mode lecture icon print Imprimer

Choix énergétiques: l’autonomie par l’innovation contre le fatalisme des électriciens

Zurich et Bâle montrent la voie à suivre pour la Suisse

icone auteur icone calendrier 7 décembre 2008 icone PDF DP 

Thématiques

Après Atel qui se propose de construire une nouvelle centrale sur le site de Gösgen (DP 1783), c’est au tour des deux autres grands électriciens helvétiques Axpo et Forces motrices bernoises (FMB) d’annoncer leurs projets de remplacer les plus anciennes installations nucléaires du pays, Beznau I (1969) et II (1972) et Mühleberg (1972) par des centrales plus sûres et plus efficaces.

Au même moment, le corps électoral de la Ville de Zurich adopte à une majorité de plus de 76% des objectifs énergétiques ambitieux et l’abandon du nucléaire d’ici 2039. Une décision d’importance quand on sait que Gösgen fournit 40% de l’électricité consommée sur les bords de la Limmat.

D’un côté, des électriciens qui tablent sur une croissance de la demande d’électricité et veulent être prêts à temps pour y répondre. De l’autre, la métropole économique du pays qui table sur une utilisation plus efficace de l’énergie et les énergies renouvelables. Zurich peut justifier son choix par des références scientifiques solides. Dans leur rapport Repenser l’énergie (fichier PDF) paru en 2007, les académies suisses des sciences ont validé la société à 2000 watts: «Une société industrielle, qui n’émettrait qu’une tonne de CO2 par personne et année, ce qui correspond à environ 400 l de mazout par personne et année, est réalisable pendant ce siècle. Une utilisation cinq fois plus efficace de l’énergie primaire est également techniquement faisable. Même une économie en boucle fermée est possible, qui réutiliserait après usage les ressources tirées de la nature, recourrait exclusivement aux énergies renouvelables et atteindrait un haut niveau d’efficacité. Une telle économie en circuit fermé peut aussi connaître une croissance économique, notamment lors d’une demande accrue de biens immatériels».

Zurich, comme Bâle d’ailleurs, a fait le choix de la maîtrise énergétique par l’innovation. Ce choix, les Suisses devraient pouvoir le faire aussi à l’occasion du référendum annoncé contre l’un ou l’autre des projets nucléaires: immobiliser des investissements pour plusieurs décennies dans des équipements centralisés dont les risques (fonctionnement, déchets) ne sont pas anodins ou investir dans la rénovation des bâtiments, l’assainissement des installations et le développement des énergies renouvelables, des activités génératrices d’emplois qualifiés qui répondront de plus en plus à la demande des marchés internationaux?

Malheureusement les décisions courageuses de Bâle et Zurich ne suffiront pas à elles seules à écarter le choix rétrograde du nucléaire. En effet la Confédération, par sa politique climatique et énergétique attentiste, crée les conditions objectives de la pénurie qui risquent de donner raison à la politique fataliste des électriciens.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/10003
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/10003 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.