Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Le rachat d’actions, autre symbole de la dérive financière du capitalisme

Un phénomène moins ponctuel que la crise des subprimes ou un trader fou, et tout aussi pernicieux pour l’économie

Dix milliards de francs pour Novartis, 25 milliards pour Nestlé, 15 milliards pour UBS. Ce ne sont que quelques exemples des programmes de rachat d’actions annoncés ou réalisés par des entreprises au cours des derniers mois. Le phénomène n’est d’ailleurs pas propre à la Suisse.

Avec les salaires mirobolants que s’octroient leurs dirigeants et les généreux dividendes versés à leurs actionnaires, le rachat d’actions traduit l’incapacité des grandes entreprises à investir dans l’innovation. Ces dernières se montrent de plus en plus tentées par l’augmentation du rendement de leurs fonds propres – c’est ce à quoi conduit le rachat d’actions –, au détriment de la création de valeur par l’amélioration de l’appareil de production. Cette course au rendement rapide est en totale contradiction avec les objectifs affirmés de l’économie capitaliste, à savoir la nécessité de dégager des marges bénéficiaires pour investir et fournir des revenus consommables. Au contraire, les exigences de taux de rendement sans commune mesure avec l’économie réelle – des 12 à 20%, alors que la croissance économique ne dépasse pas 2 ou 3% – pèsent lourdement sur le revenu des salariés, qui devient une variable à comprimer, tout comme sur le niveau de l’emploi. Ces exigences empêchent également toute perspective à long terme, seule garante de la viabilité des entreprises.

La crise des subprimes ne met pas seulement en évidence les faux-pas de telle direction ou de tel trader. Elle reflète le caractère suicidaire d’un capitalisme financier qui s’est émancipé de son rôle premier d’intermédiaire au service de l’économie productive et qui génère ses profits en cannibalisant cette dernière. Les entreprises de biens et de services, à leur tour contaminées, aspirent à des profits qui ne servent plus leurs objectifs de production mais leur valeur boursière. Patrick Artus et Marie-Paule Virard ont décrit minutieusement les mécanismes de cette dérive sous un titre évocateur: Le capitalisme est en train de s’autodétruire.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/9749 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/9749

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP