Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

«Le Courrier» dérape sur la liberté de la presse

L’ultimatum de la CGT prenant en otage les quotidiens français est intolérable

Photo Raphaël V.
Photo Raphaël V. (licence CC)

Le quotidien Le Courrier se réclame de la presse alternative. A juste titre puisqu’il s’efforce d’aborder des actualités que ses confrères négligent parfois. «L’essentiel, autrement», ainsi formule-t-il sa carte de visite.

Son éditorial du 31 mai dernier interprète cet «autrement» de manière bien peu compatible avec la liberté de la presse et l’éthique journalistique. Commentant la situation politique et sociale en France, Benito Perez qualifie de «maladroite» la grève dans les imprimeries des journaux «ayant boycotté une tribune syndicale».

Rétablissons les faits. Le 26 mai dernier, les quotidiens nationaux français n’ont pas paru. Une grève des imprimeurs a en effet sanctionné leur refus d’une exigence du syndicat du livre: reproduire intégralement, sous forme de tribune, un texte du secrétaire général de la CGT. Seule L’Humanité, qui l’a publié, échappe au boycott.

Simple maladresse? Non, une action scandaleuse, déjà conduite en 2010 à l’occasion du projet de réforme des retraites du gouvernement Fillion. Une action condamnée par l’ensemble des quotidiens, de gauche comme de droite, car elle met en cause la liberté de la presse. Et qui montre que la CGT n’a pas encore soldé son passé stalinien.

Boycott d’une tribune syndicale? Rien de tel puisque le refus de publier, telle une Feuille d’avis officielle, une communication des partis et des syndicats est une pratique constante de tous les éditeurs – et d’autant plus sous la menace.

Qualifier de maladresse un acte de chantage caractérisé, c’est faire bien peu de cas de la liberté de la presse et du droit des lecteurs à l’information. Faire porter le chapeau aux éditeurs – le chantage de la CGT devient le boycott d’une tribune syndicale –, c’est délibérément manipuler les faits.

«L’essentiel, autrement», certes, mais dans le respect des principes qui fondent une presse libre.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/29423 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/29423

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP