Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Abandon du nucléaire: notes en marge du débat

Il faut relire le préambule du traité EURATOM pour mesurer le renversement de perspective

Photo Gretchen Mahan
Photo de Gretchen Mahan (licence CC)

1. Il lui faut du temps pour décider. Le parti radical n’a pas d’avis sur une question cruciale et nationale. Il demande un délai de réflexion. Il préconise un moratoire qu’il applique à lui-même: il s’abstient sur le renoncement à l’utilisation en Suisse de l’énergie atomique.

En réalité, il sait que le peuple a déjà choisi. La démocratie directe donnera la réponse, plus définitive qu’un sondage: il n’y a pas en Suisse de majorité pour poursuivre, à terme, l’exploitation des centrales nucléaires. L’abstention radicale n’est que la peur de perdre.

2. L’arrêt des réacteurs représente une redistribution des cartes, en Europe et en Suisse. Or le marché est à la fois ouvert et dépendant des autorités nationales, voire communales. La France avec sa cinquantaine de centrales n’a jamais caché son ambition, via EDF, d’être dominante grâce au nucléaire. Les décisions allemande et suisse peuvent la mettre provisoirement en position de force, ayant à offrir à bas prix du courant aux pays qui se privent de cette ressource jusqu’ici disponible. En profitera-t-elle pour investir dans le non-nucléaire? Qui sera gagnant dans la période de transition?

La même question, en Suisse, est posée aux cantons détenteurs de réserves hydrauliques. Les concessions auront un prix d’achat plus élevé. Au profit de qui? pour quel projet? La question est d’ores et déjà posée (voir Entreprise romande, 10.6).

3. La décision de principe peut être considérée comme prise. Encore faut-il en maîtriser l’application. Les observateurs s’étonnent de l’activité fébrile des lobbyistes. Pourquoi tant d’agitation? Les grandes sociétés resteront en mains publiques et elles auront à gérer la production des énergies de substitution. Mais cette transition pourrait entamer leur omnipotence actuelle. Le Conseil des Etats sera donc sollicité pour que la motion d’abandon du nucléaire soit amendée, préservant les pouvoirs actuels. Pour cela, il faudra éviter de multiplier le nombre des interlocuteurs, des fournisseurs de courant «artisanal». L’obligation de racheter ce courant sera tempérée par le prix offert. Le financement des solutions de substitution privilégiera les centrales à gaz, qui ne dipersent pas la production (mais bien le CO2). La limitation du droit de recours des associations renforcera le pouvoir des sociétés en place – porteuses de projets d’expansion. Même la date limite d’exploitation des centrales aura son importance, déterminant la politique d’amortissement. Les enjeux sont certes économiques, mais ce sont aussi des enjeux de pouvoir. Les lobbyistes ne chômeront pas.

4. L’EURATOM fut créé comme devant être un pilier de la construction européenne, en 1957, à la naissance de la Communauté, à la veille du Traité de Rome. Alors que la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier) mettait de l’ordre dans un secteur qui fut celui du défi industriel (la tour Eiffel), mais aussi celui de l’affrontement des guerres mondiales (les marchands de canons), l’EURATOM, malgré Hiroshima, semblait organiser la production sans limite d’une société d’abondance.

Il faut relire le Préambule du traité:

«Sa Majesté le Roi des Belges, le Président de la République fédérale d’Allemagne, le Président de la République française, le Président de la République italienne, Son Altesse royale la Grande-duchesse de Luxembourg, Sa Majesté la Reine des Pays-Bas,

CONSCIENTS que l’énergie nucléaire constitue la ressource essentielle qui assurera le développement et le renouvellement des productions et permettra le progrès des œuvres de paix,

CONVAINCUS que seul un effort commun entrepris sans retard promet des réalisations à la mesure de la capacité créatrice de leurs pays,

RESOLUS à créer les conditions de développement d’une puissante industrie nucléaire, source de vastes disponibilités d’énergie et d’une modernisation des techniques, ainsi que de multiples autres applications contribuant au bien-être de leurs peuples,

SOUCIEUX d’établir les conditions de sécurité qui écarteront les périls pour la vie et la santé des populations,

DESIREUX d’associer d’autres pays à leur œuvre et de coopérer avec les organisations internationales attachées au développement pacifique de l’énergie atomique,

ONT DECIDE de créer une Communauté européenne de l’énergie atomique (EURATOM) ( …)».

Du Préambule de 1957 à l’abandon du nucléaire, on n’a pas changé simplement de «combustible», on a changé d’espérance.

Cette croyance au progrès, qu’illustrait la même imagerie de steamers transatlantiques et de locomotives surpuissantes, était le fonds commun du capitalisme et du marxisme, le symbole du défi de l’homme exploitant la nature à son profit et pour son émancipation.

C’est ce rapport qui a changé. Certes, les capacités de la science demeurent intactes; mais pas son orgueil. L’abandon du nucléaire est le signe que nous changeons de civilisation. Dans l’apparence de l’actualité, ce n’est qu’un vote du Conseil national, puis viendra le Conseil des Etats. La routine institutionnelle. En fait, nous avons changé d’ère. Le parti radical demande pourtant un délai de réflexion!

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/17731 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/17731

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP