Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Et si l’on donnait sa chance au parti bourgeois-démocratique?

Ce n’est pas seulement la composition du Conseil fédéral qui est jeu, c’est la recomposition de la droite

En expulsant non seulement ses conseillers fédéraux, mais aussi le parti grison tout entier, l’UDC a matérialisé sa scission et entraîné la création du parti bourgeois-démocratique (PBD, dont une meilleure traduction française pourrait être parti citoyen-démocrate, PCD). Son congrès constitutif aura lieu le 1er novembre à Glaris, avec la participation de Samuel Schmid et Eveline Widmer-Schlumpf. Il permet aux exclus, mais aussi aux membres et élus de l’UDC inquiets de la ligne majoritaire de se retrouver sans pour autant rejoindre un parti adverse. L’enjeu est alors de savoir si ce parti est susceptible de cristalliser dans l’actuelle Assemblée fédérale un groupe parlementaire (et au-delà du minimum requis de 5 élus dans l’un des deux conseils), s’il peut avoir une présence dans les cantons et laquelle, et s’il n’est pas susceptible de provoquer d’autres reclassements, attirant à lui des militants et des élus d’autres partis qui n’y sont pas très à l’aise mais n’auraient jamais envisagé de rejoindre l’UDC blochérienne: à l’heure d’une fusion radicale-libérale laborieuse et du perpétuel grand écart du PDC, le PBD ouvre des perspectives nouvelles qui pourraient intéresser également des verts de droite et des évangéliques.

L’avenir respectif de l’UDC et du PBD dépendra surtout de l’électorat, bien sûr. Mais aussi de l’attitude qu’adopteront les autres partis. Sauront-ils accompagner l’émergence d’un PBD, certes moins important numériquement que l’UDC, comme nouvel ailier droite de l’«arc gouvernemental» par lequel passent les compromis majoritaires au Parlement et en votation, et rejetant durablement l’UDC dans le rôle d’«A droite toute» conforme à sa position? 

Au départ de Samuel Schmid, qui n’est pas urgent (DP 1795), le PDC peut bien retrouver un second siège avec l’appui du PS et des verts, mais au départ d’EWS c’est tout naturellement un ou une PBD qui la remplacerait. Ou l’expulsion de Blocher n’était-elle qu’un mouvement d’humeur, le rejet individuel et non politique d’un élément perturbateur, la majorité d’un matin ne croyant pas elle-même à son audace et le PBD étant promis à la courte vie des partis d’occasion?

Sur l’Europe, certainement appelée à rester un important critère de distinction entre les partis, il y a manifestement place pour deux positions distinctes à droite, toutes deux compatibles avec la participation au gouvernement: celle qui va de l’arrimage bilatéral passif actuel jusqu’à l’adhésion en passant (Turquie et Royaume-Uni aidant) par une recomposition du noyau des membres de plein exercice et du cercle des membres associés aux décisions dans l’Espace économique européen, qui recouvre PRD et PDC; et celle de l’ancrage européen de la Suisse compris sans réticence, mais pas au-delà de la voie bilatérale, que peut incarner le PBD.

Une UDC qui n’acceptait que du bout des lèvres les accords bilatéraux, elle, a manifestement sa place dans l’opposition en rassemblant l’électorat nationaliste hostile à toute construction européenne, qui existe d’ailleurs dans tous les Etats du continent.

On peut décliner l’exercice sur d’autres sujets. Un PBD plus patriote voire nationaliste que ne peuvent l’être le PRD et le PDC, mais pas xénophobe comme l’UDC. Un parti renouant avec les origines agrariennes de l’UDC, lui abandonnant les milieux défavorisés des villes qu’elle dispute à la gauche dans une alliance paradoxale avec le capitalisme dur, mais incarnant mieux que les autres partis de droite les valeurs traditionnelles non urbaines, moins sensible aux séductions de la mode et de l’argent facile. Vraiment conservateur (y compris, pourquoi pas, sur le paysage et les ressources naturelles), mais vraiment démocrate.

Une UDC d’opposition est la conclusion naturelle de son évolution sous la férule blochérienne et n’a rien d’anormal ni même d’inconfortable. C’est l’absence de représentation du courant oppositionnel de droite dans la configuration politique et parlementaire qui serait inquiétante. Si l’UDC n’occupe pas ce terrain, d’autres le feront. Auparavant ils s’appelaient parti républicain, Action nationale, parti des automobilistes. Ils avaient moins d’élus certes, et ils étaient dispersés. Mais c’est l’enjeu d’un PBD réel et non fantoche que de ramener la frange oppositionnelle nationaliste et populiste de droite à un étiage moins inquiétant qu’aujourd’hui. En renforçant l’arc gouvernemental et la stabilité du régime de concordance.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9947
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9947 - Merci

Thématiques

En relation

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Vous avez du courage, mais vous avez raison! Vous êtes le premier à gauche à oser dire cela, alors que ce devrait être l’évidence. Du point de vue politique, comme vous l’expliquez. Mais aussi du point de vue démocratique, car le groupuscule blochérien a su par démagogie s’attirer des masses d’électeurs, mais sans vraiment en représenter l’idéologie traditionnellement conservatrice mais non extrémiste. Le PBD a peut-être, c’est à souhaiter, un plus grand avenir devant lui que ne l’ont prédit les spécialistes patentés.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP