Mode lecture icon print Imprimer

Le prix du lait a tourné

Les producteurs s’organisent pour mieux négocier, mais ils devront aussi pratiquer l’autodiscipline

icone auteur icone calendrier 18 septembre 2008 icone PDF DP 

Thématiques

L’embellie aura été de courte durée. Ce printemps, les paysans décrochaient de haute lutte une augmentation du prix du lait industriel après celle obtenue en 2007. Euphorisés par la hausse des cours mondiaux, les grévistes réclamaient 30 centimes (DP 1783). Ils en ont obtenu 6.  Les producteurs de lait destiné aux fromageries, qui bénéficient d’un supplément de prix parce qu’ils renoncent à l’ensilage, ont voulu à leur tour profiter de l’embellie. Et bien c’est raté. Malgré une nouvelle menace de grève, la hausse de 6 centimes vient de leur être refusée par les fabricants de Gruyère AOC. Dans la foulée, les distributeurs et les transformateurs envisagent pour 2009 de revenir sur leurs «largesses» de cette année.

Le vent a donc à nouveau tourné. Ou plus exactement le marché. La plupart des agriculteurs travaillent désormais en dehors des contingents laitiers qui disparaîtront totalement l’an prochain. Alléchés par la hausse des prix, les paysans ont augmenté la production. Il y a maintenant trop de lait. Dans le même temps, les prix se sont stabilisés dans l’Union européenne. Ils ont même baissé en Allemagne. Le résultat ne s’est pas fait attendre. Les fromages suisses qui avaient augmenté de prix se vendent moins bien. Emmi, le grand fabricant de produits laitiers, exporte plus de 20% de sa production et sort d’une période difficile. Son patron crie au danger. La différence de prix du lait entre la Suisse et l’Union européenne est de nouveau de quelque 27 centimes. C’est trop pour espérer conserver et conquérir des parts de marché malgré le développement de nouveaux produits comme Energy Milk.

Avec la déréglementation du marché du lait, la cohorte des paysans doit négocier  avec le groupe restreint des grands distributeurs et des transformateurs. Pour équilibrer ce combat inégal, les producteurs viennent de décider une coordination au niveau national de la négociation des prix et de la gestion des quantités. La consultation interne au sein de l’association est claire: plus de 80% en faveur d’une stratégie centralisée.  L’instrument doit encore être affiné. L’organisation professionnelle aura pour tâche de faire pression sur les distributeurs et d’obtenir pour les paysans les conditions les plus favorables que peut consentir le marché. Elle devra aussi, et ce sera le plus difficile, contrôler le volume de la production de lait pour éviter les surplus dévastateurs. Elle ne rétablira pas le contingentement  mais s’efforcera d’orienter la production par des taxes  incitatives ou dissuasives. La Confédération se contentera de donner la force obligatoire à cette régulation. Les débats s’annoncent chauds au sein de l’organisation faîtière des producteurs de lait.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9924
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9924 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Le marché c’est moi. Et le marché se porterait bien mieux (de 27 centimes par litre de lait pour être précis) si les paysans suisses étaient éradiqués. Le marché ne consent qu’à recevoir des remerciements personnels et circonstanciés de la part de chaque paysan suisse, pour les wagons d’argent qui ont été déversés dans ses poches depuis des décennies.

Les commentaires sont fermés.