Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Avions de combat: ne pas décider paie

L’initiative «contre de nouveaux avions de combat», référendum contre une dépense improbable

A quoi servent les avions de combat achetés par l’armée suisse? Pour le moins à repérer les générations; vous êtes volée «Mirage» ou volée «FA-18». Les Tiger sont moins topiques, quoique nombreux, 54. L’armée suisse a même pu en louer 12 à l’Autriche sans que personne ne s’en aperçoive. Ils arrivent pourtant à bout de course. Le parlement a accordé un crédit de 2 millions pour les travaux d’évaluation de la nouvelle génération, qui estampillera la volée 2010.

Un moratoire

Une initiative a été lancée par le GSsA, les Verts, quelques socialistes, pour que le peuple décide d’ajourner cette dépense estimée à 2,5 milliards. Elle propose sobrement: «Pas d’acquisition de nouveaux avions de combat avant le 31 décembre 2019».

L’intitulé est d’une extrême prudence. L’acquisition seule est interdite, mais pas les travaux préparatoires qui prennent plusieurs années. Si l’on sait de plus que les Tiger ne seront retirés qu’en 2013-2015 et qu’ils pourraient, pour une partie d’entre eux, être prolongés de quelques années encore; si l’on prend en compte que les 34 FA-18, dans la force de l’âge, vont faire l’objet, pour 400 millions, d’un grand service les rendant performants pour 15 années encore, le succès de l’initiative ne videra pas le ciel de toute protection et surveillance militaires.

Les avions de combat que l’armée veut acheter vieilliront comme ceux qui sont en service. L’obsolescence les frappera inévitablement. Gagner 10 ans, c’est sauter une génération, et encaisser l’économie des intérêts de 2,5 milliards.

Trois dimensions

La réponse des militaires est géométrique. Une armée, disent-ils, se déploie et intervient dans un espace à trois dimensions. Les hommes au sol, l’artillerie et les tanks ont besoin d’être protégés, appuyés par l’aviation. L’achat d’engins motorisés n’a pas de sens si une couverture aérienne n’est pas assurée. Selon cette logique, acheter des canons, c’est acheter un avion.

L’initiative, malgré sa prudence, remet en cause la conception de la défense nationale en rendant sensible cet enchaînement où la dépense appelle la dépense. L’achat de l’avion à 40 millions l’unité est le point d’accrochage naturel du débat, qui doit avoir lieu.

Un calendrier

L’initiative sera déposée en 2009. Le décret pour l’acquisition d’avions de combat est prévu pour 2010. Dans quel ordre voteront et le parlement et le peuple?

La logique veut que l’initiative soit assimilée à un référendum. Elle serait une initiative abrogatoire, le peuple jugeant, approuvant ou désapprouvant la décision du parlement. Or dans la conjoncture actuelle – soit le refus de l’UDC de soutenir un projet présenté par le conseiller fédéral Schmid –, il n’y a pas de majorité parlementaire pour soutenir l’achat des avions de combat.

On pourrait en conséquence avoir une situation rocambolesque: le peuple votant sur l’abrogation d’une décision que le parlement aurait été incapable de prendre!

Il serait dès lors sage que les partis gouvernementaux se donnent un temps de réflexion. L’agressivité des présidents radical et PDC à l’égard des socialistes n’en montre toutefois pas l’ouverture.

On se consolera sans peine sachant que tout retard sur une dépense affectée à une acquisition destinée à ne pas servir mais à devenir obsolète est une rente bonne à encaisser.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9921
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9921 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Plutôt qu’être pour ou contre les avions, pourquoi ne pas envisager de diminuer leur rôle?

    La fonction de l’avion de chasse suisse ayant un rôle limité dans un contexte de défense européenne, est-ce qu’une étude sérieuse a été faite pour remplacer une grande partie des avions de combat par des hélicoptères de combat?

    Ceux-ci seraient bien plus utiles en Suisse car aussi utilisables pour des missions civiles ou de protection de sites. Cela pourrait également servir d’école de pilotes civils comme avec les avions de chasse qui ont été un booster pour les pilotes de Swissair.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP