Mode lecture icon print Imprimer

Le Conseil fédéral ne sortira pas meilleur des urnes

A vouloir rendre le peuple trop souverain, les partisans de l’élection directe du Conseil fédéral fuient le vrai problème: celui de la qualité des élus

icone auteur icone calendrier 7 septembre 2008 icone PDF DP 

Thématiques

Les fausses bonnes idées ont la vie dure. Rejetée pour la première fois  par les citoyens et les cantons en 1900, la proposition tendant à élire le Conseil fédéral par le peuple ressurgit depuis lors périodiquement, à trois  reprises au siècle dernier, à 42 ans de distance chaque fois. En 1942, la seconde initiative populaire en ce sens, d’une teneur analogue à celle de 1900, faisait un moindre score auprès des votants (32,4% d’acceptants, contre 35% en 1900) et recueillait l’opposition unanime des cantons. En 1984, juste après la non élection de Lilian Uchtenhagen au Conseil fédéral, le lancement d’une troisième initiative populaire est évoqué sous le coup de l’émotion, puis heureusement abandonné, au vu des difficultés pratiques d’une élection du Conseil fédéral par le peuple, sauf à mettre au point un système complexe de quotas permettant de «tenir compte équitablement des tendances politiques et des régions linguistiques de la Suisse».

A chaque fois, l’idée porte une signature de gauche: le parti socialiste suisse et les catholiques-conservateurs en 1900, le PSS tout seul en 1942, la socialiste Valentine Friedli, conseillère nationale du Jura, en 1984. Et aujourd’hui, la conseillère fédérale genevoise Micheline Calmy-Rey ainsi que le conseiller d’Etat vaudois Pierre-Yves Maillard reprennent l’idée. Tous deux partent du même constat qu’André Gavillet, qui relevait dans un récent article de Domaine Public combien le collège gouvernemental était devenu «Le maillon faible de la politique fédérale». Mais ils en tirent une conclusion différente, pour le moins hâtive: une élection par le peuple donnerait une légitimité et une crédibilité accrues au Conseil fédéral, dont nul n’ignore la présente faiblesse. Sauf que les défaillances actuelles relèvent moins d’un déséquilibre institutionnel que d’une configuration personnelle. Le parlement ne prendrait pas tant de place s’il n’avait pas un vide à occuper et des gouvernants peu combatifs à affronter, soucieux au mieux des affaires de leur propre département et peu enclins aux visions et politiques transversales.

Des campagnes électorales menées à l’échelle nationale, relayées par les télévisions suisses et régionales, sur la toile et par les réseaux sociaux favoriseront à coup sûr les candidats doués pour les langues et capables de maîtriser la communication à leur propre sujet. Mais Internet et YouTube n’aideront guère à constituer un collège plus solide et solidaire – dont les fortes individualités qui préconisent l’élection par le peuple pensent peut-être pouvoir se passer.

Les difficultés actuelles interdisent de tergiverser plus longtemps. Partis et parlementaires doivent poser leur calculette et prendre leurs responsabilités. A eux de proposer et d’élire des gouvernants en mesure de négocier et de fixer de commune entente puis de défendre collectivement les priorités politiques de la législature. Seul moyen d’espérer mettre fin aux confusions de compétences et au triste spectacle des alliances circonstantielles, des gesticulations opportunistes et des chipotages médiocres.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9916
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9916 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • Sincèrement, nos édiles du gouvernement, à une ou deux exceptions près, créent un tort considérable à la Suisse politique. Hélas, nous ne pouvons pas compter sur les parlementaires pour changer les choses, puisque chaque écurie soutient son poulain, quelle que soit la crotte déposée. Oui, les élus ne font pas leur boulot et le citoyen est impuissant. Il faut donc renforcer le rôle du souverain.

  • Quelle que soit la formule choisie, une élection au suffrage universel tendrait à porter des fortes têtes au gouvernement. Une fois le gouvernement ainsi constitué, il deviendrait très difficile de fonctionner de façon collégiale (comme des expériences récentes l’ont bien montré…).
    Est-ce que ceux qui soutiennent ce genre de propositions envisagent aussi un « chef de gouvernement » pour tenir ce genre de groupe à la dynamique particulièrement vive?
    On ne peut probablement pas changer ce mode d’élection sans véritablement toucher tout l’édifice…

Les commentaires sont fermés.