Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Parlement et Tribunal pénal se disputent autour des documents du banquier Holenweger

Enjeu: les modalités de la haute surveillance sur le Ministère public au moment où ses compétences vont être élargies

Après avoir agité la campagne électorale, l’affaire «Roschacher – Holenweger» divise les institutions. Fait heureusement plutôt rare, la commission de gestion du Conseil national et le Tribunal pénal fédéral ont échangé des amabilités la semaine dernière par communiqués de presse interposés. Les termes sont peu amènes puisque les parlementaires reprochent aux juges de Bellinzone d’avoir «outrepassé leurs compétences de manière grave et inacceptable». Quant aux magistrats, ils disent craindre les ingérences de la politique dans l’instruction des affaires pénales.

L’agitation médiatique autour des documents trouvés chez le banquier Holenweger a fait long feu mais la procédure judiciaire suivait son cours. Ainsi, quelques jours seulement après que la tête de Blocher avait roulé à Berne soit le 18 décembre 2007, le Tribunal pénal fédéral a rendu un arrêt que la commission de gestion du Conseil national n’arrive pas à digérer. Pour les juges, le Ministère public de la Confédération a violé le secret de l’instruction en remettant à la commission de gestion ces fameux schémas qui pouvaient laisser penser à l’existence d’un plan secret visant l’éviction de l’ancien procureur de la Confédération Valentin Roschacher. La tâche des commissaires – exercer la haute surveillance – ne justifiait pas aux yeux des magistrats que les membres du parlement consultent des documents qui faisaient partie d’une procédure pénale en cours d’instruction: seules les délégations des commissions peuvent bénéficier d’un accès quasi illimité aux documents en possession du Ministère public. Ironie du sort, cette décision fondée sur le pouvoir de surveillance du Tribunal pénal fédéral sur le Ministère public est intervenue sur demande du chef du département de justice et police d’alors, un certain Christoph Blocher.

La commission de gestion ne s’en est pas laissé conter: elle a mandaté deux experts pour analyser l’étendue de son droit à l’information. Forts de ces avis favorables à un large accès des commissaires aux documents détenus par l’administration, les parlementaires veulent retrouver toutes leurs prérogatives. C’est que les procureurs de la Confédération, certainement échaudés par l’affaire «Holenweger» et qui doivent eux respecter les jugements du Tribunal pénal fédéral, ne transmettent plus de documents recueillis dans le cadre d’une enquête en cours aux membres des commissions de gestion.

Pourtant, les parlementaires auraient quelques raisons de faire profil bas. La commission de gestion était une passoire: les documents remis sous le sceau du secret par le procureur de la Confédération se sont retrouvés dans la presse dominicale. Dans ces conditions, on voit mal comment une information pourrait être donnée sans risquer de nuire au travail des enquêteurs. Pour ne rien dire de la protection des personnes concernées par l’enquête.

Surtout, par la nature des tâches qu’il exerce, le Ministère public ne saurait être assimilé à un quelconque office de la Confédération. S’il paraît naturel que les commissaires puissent accéder jusqu’à la dernière facture pour le repas de fin d’année de l’Office de la statistique, il est beaucoup moins légitime de permettre aux représentants du pouvoir législatif d’accéder à des instructions pénales en cours et de potentiellement influencer leur déroulement. L’affaire «Holenweger» a d’ailleurs démontré – s’il le fallait – les risques d’instrumentalisation politique liés à une telle pratique. Une certaine réserve paraît donc s’imposer lorsqu’il s’agit de surveiller les activités du Ministère public. Ce constat vaut d’autant plus que le nouveau code de procédure pénale, dont l’entrée en vigueur est prévue en 2010, confie aux procureurs des tâches étendues et qu’ils auront notamment la possibilité de juger eux-mêmes certaines affaires ou de négocier la suite de la procédure.

Le Conseil fédéral doit prochainement proposer au parlement un projet de loi adaptant la surveillance du Ministère public à ce nouveau contexte. A défaut d’une solution idéale qui ferait du parquet une sorte de quatrième pouvoir (DP 1746), le compromis devrait consister à trouver une solution qui garantisse autant que possible l’indépendance du Ministère public dans l’accomplissement de ses tâches vis-à-vis de ses éventuelles autorités politiques de surveillance. On verra à l’aune de cette loi l’importance que le parlement accorde à l’indépendance des autorités judiciaires.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9883
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9883 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Je suis assez d’accord avec cet article, si ce n’est qu’à mon avis la totale indépendance du ministère public est une vue de l’esprit.

    S’il en allait autrement on ne verrait pas que dans tous les pays, sans exception, le ministère public est, de facto au moins, soumis au ministre de la justice, garde des sceaux ou autre. La Suisse en voulant se montrer une fois de plus première de la classe risquerait fort de se causer à elle-même des dommages incalculables par son zèle irréaliste.

    En revanche, là où je suis tout à fait d’accord c’est que dans cette affaire Roschacher-Blocher-Holenweger, qui était tout de même, ne soyons pas hypocrites, une manoeuvre de basse police pour dégommer Blocher, et à ce titre déjà scandaleuse, on oublie complètement ce pauve Holenweger.

    Il est pourtant la victime d’un système judiciaire aveugle et injuste, qui l’a ruiné.

    Qui était cet Holenweger? Un financier d’origine modeste qui s’était fait lui-même. Dans ce monde du secret bancaire où les loups (UBS, Crédit Suisse, Pictet, & Co) ne se mangent pas entre eux, il n’avait que le tort d’être un petit poisson.

    Il n’avait pas fait plus de blanchiment que ne le font les grandes maisons de l’establishment à journée faite. Il n’avait fait qu’usage de la législation existante qui crée une large zone grise dans laquelle les banquiers peuvent agir. Seulement c’était un petit acteur dans le amrché. Il ne pesait pas lourd. Sur lui on pouvait faire feu à volonté.

    Sa modeste réussite, son aisance acquise grace à son travail et à son savoir faire, sans violer les règles du jeu, tout a été entièrement détruit par les procédés de cow boy d’un petit juge à la mode, qui a pu engager des truands comme informateurs, fermer sa banque sans raisons sérieuses, et donc réduire en cendres sa réputation et sa situation dans le marché. Le tout dans une parfaite bonne conscience.

    Holenweger ne s’en remettra pas. C’est un homme d’affaires qui a été démoli. On finira probablement par s’apercevoir qu’il n’a commis aucune infraction. Il n’a probablement rien fait d’autre que de se mouvoir un peu dans la « zone grise », comme les autres. Son seul crime aura été d’être un parvenu, et encore un petit parvenu. S’il était devenu milliardaire, il aurait eu d’autres moyens de se défendre. Seulement, lui, on pouvait « se le payer ». il n’était pas dommage.

    Qui dédommagera le banquier Holenweger du dommage qu’il subit par la faute d’un petit juge irresponsable?

    Ca soulève le coeur. Si on veut que la Suisse soit encore un pays de liberté, où les droits de l’individu, fut-il dans les affaires, soient protégés, de telles chsoes ne devraient plus jamais arriver.

    Alors à quelle informations ont droit les commissions de gestion? Le débat me paraît académique. Il me semble surtout que dans un Etat de droit, tant qu’une affaire est couverte par le secret de l’instruction, – ce qui était le cas – aucun document, absolument aucun, ne devrait être communiqué à qui que ce soit, et surtout pas au parlement. Ou alors, que reste-t-il de la présomption d’innocence et des droits de l’individu?

    Toute cette affaire a senti mauvais. Elle n’a été qu’un montage politique, pour lequel certains ont jugé que tous les coups étaient permis. On devrait reconnaître que la Suisse a régressé là de plusieurs crans dans l’échelle des pays civilisés, dits libres. On est tombé en pleine république bananière.

    Le seul qui ait eu un peu de décence, en mettant le hola aux dangereuses dérives de ce juge sans foi ni loi, c’était…. Blocher.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP