Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Ecole: le choix de la souplesse

Une école publique plus souple et moins sélective favoriserait la mixité sociale

Plusieurs initiatives, plus ou moins abouties, réclament davantage de
choix pour les parents en matière scolaire. Qu’il s’agisse du bon
scolaire, permettant de disposer d’une somme pour le financement, dans
une école publique ou privée, des études de ses enfants, ou du libre
choix de l’établissement, l’école publique républicaine et unique est
de plus en plus remise en cause. Le débat a commencé en Suisse
allemande, notamment à Bâle-Campagne et à Zurich, et est annoncé en Suisse
romande avec la constitution d’une section de Lobby Parents. Ce
débat est à mettre en relation avec la volonté de plus en plus affichée
d’améliorer l’intégration des migrants, une mission à laquelle l’école
doit participer.

L’enclassement en fonction du lieu de
domicile répond à un souci évident de rationalité. Mais il a pour effet
de concentrer les migrants et les populations les moins aisées – deux
catégories qui se recoupent souvent – dans certains établissements,
alors que les enfants des beaux quartiers peuvent étudier entre eux.
Bien sûr, les programmes spéciaux sont là pour compenser ces
inconvénients. Mais une certaine dose de choix permettrait de donner
davantage de souplesse aux établissements pour s’adapter à leur
contexte. Elle pourrait aussi favoriser l’intégration par une plus
grande mixité et une meilleure répartition entre Suisses et migrants et
entre classes sociales.

Un autre frein à l’intégration
des migrants par le système scolaire est la sélection précoce pratiquée
dans nombre de cantons suisses. Déjà concentrés géographiquement, les
élèves les moins adaptés au système scolaire se retrouvent encore,
parfois dès l’âge de douze ans, dans des classes censées mener à un
apprentissage, mais finissant souvent dans des structures de transition
pour jeunes sans projet professionnel.

Mais curieusement,
les parents qui défendent le libre choix de l’établissement sont peu à
remettre en question la sélection précoce, pourtant tout aussi
indéfendable si l’on souhaite promouvoir l’égalité des chances, quelle
que soit la provenance sociale ou géographique.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9851
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9851 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • 1
    Albert Adrien

    La souplesse qui consiterait à laisser aux parents le choix de l’établissment scolaire ne favoriserait pas l’intégration des enfants étrangers. Ce serait plutôt encourager l’apartheid. Les petits Suisses fuiraient les classes à forte densité d’élèves étrangers. Pour assouplir le principe de l’enclassement au lieu de domicile, on pourrait étudier les propositions du conseiller national radical genevois Hiltpold. Les élèves non francophones seraient répartis de manière équilibrée dans toutes les classes. Cela impliquerait évidemment un système assez compliqué de transports d’enfants. Ce serait pourtant reprendre le « busing » imaginé aux Etats-Unis pour lutter contre la ségrégation.
    Albert Adrien

  • Pourquoi la Suisse n’a-t-elle pas pris le chemin de la Validation des Acquis de l’Expérience? Encore un problème de manque d’argent? En rentrant d’Italie ou de France, j’ai toujours de la peine à sentir ce concept: le manque d’argent…: qui peut expliquer cela? Le manque de débat public? Note fermeture à l’Europe? Et la reproduction sociale (ter)?

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP