Mode lecture icon print Imprimer

Luxe, réconfort et inutilité

Il n’y a pas que les présidents qui aiment parler de leur dernière Rolex

icone auteur icone calendrier 20 mai 2008 icone PDF DP 

Thématiques

«La marque ou le logo ne doit pas tout dire mais donner la parole à
celui qui le possède… On veut un objet car il nous parle d’une saga que
l’on veut raconter à d’autres… de Paris à Shanghai, de Moscou à Tokyo,
de Genève à Dubai des millions de personnes prennent du plaisir à se
raconter de belles histoires, celles que leur susurrent leur Ferrari,
leur Patek Philippe, leur Armani, leur Petrus, leur sac Hermes… 
»
Extrait de l’éditorial du mensuel Bilan de mai.

Imaginez les dîners en ville de cette élite cosmopolite qui compare et glose sur ses objets de luxe.  La vulgarité de la scène apparaît-elle immédiatement, vieux remugle d’une oisive aristocratie?  Et la tentation de clamer après Bossuet «c’est dans la solitude que l’âme, dégagée des objets sensibles qui la tyrannisent, délivrée du tumulte des affaires qui l’accablent peut  commencer à goûter, dans un doux repos, les joies solides et des plaisirs capables de la contenter»? N’allons pas trop vite en besogne et repoussons ces facilités qui saturent la raison. Renoncer, c’est bien pour celui qui veut vivre hors du monde, gagnant son individualité par cet isolement. Renoncer à quelque chose, c’est aussi «en reconnaître la réalité mais en modifier la signification du point de vue de ce qui vaut» (Vincent Descombes). La question peut être alors : que vaut le luxe?

Une réponse insolente nous vient de Karl Marx: «on pourrait s’imaginer que si la valeur d’une marchandise est déterminée par le quantum de travail dépensé pendant sa production, plus un homme est paresseux ou inhabile, plus sa marchandise a de la valeur, parce qu’il emploie plus de temps à sa fabrication»… Ce serait oublier un peu vite que «ces choses ne sont pas matière inerte ou indifférente» (Ernst Cassirer), qu’elles sont bien plutôt un totem autour duquel une classe internationale trouve refuge et réconfort. Car riches comme pauvres souffrent de cet éloignement du réel qui caractérise nos sociétés du langage et du concept. Une belle montre, une voiture de luxe, un sac à main coûteux sont autant de moyen de se rapprocher/raccrocher à la réalité.

Qu’est-ce à dire? «Je veux simplement rappeler le fait de ce désir qui rêve des êtres qu’ils ont`de l’être, par en dessous la fugitivité des phénomènes, malgré la mort; et rappeler aussi que ce désir s’accompagne d’une angoisse bien spécifique, celle qui naît de la crainte qu’il soit vain» (Yves Bonnefoy).  Laissons donc ces millions à leurs riches collections avec pourtant une ultime question: vos conversations portent-elles aussi sur des sujets politiques? Bill Gates, certes très mal habillé, utilise son immense fortune pour contrer quelques fléaux affligeant l’humanité. Est-il entouré d’une masse de narcisses infatués? Si la réponse est oui, nous pourrons dire après Thucydide que «nous sommes en effet les seuls à penser qu’un homme ne se mêlant pas de politique mérite de passer, non pour un citoyen paisible, mais pour un citoyen inutile».

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9844
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9844 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.