Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Quand le parlement fourvoie le peuple

Assurance-maladie: l’hypocrisie soumise au vote le 1er juin

L’article constitutionnel qui sera soumis au vote du peuple le 1er juin sous le titre caramélisé «Qualité et efficacité économique dans l’assurance-maladie» est un parangon d’hypocrisie politique et de confusion juridique (voir aussi DP 1772). Car la Confédération dispose de toute compétence constitutionnelle pour légiférer en ce domaine. Le Conseil fédéral lui-même, qui n’est pas l’auteur du projet, tient à le souligner. Il s’agirait donc, par ces nouvelles dispositions, de marquer plutôt une orientation de la politique de la santé.

Que le peuple, par le truchement de l’initiative populaire, propose des modifications constitutionnelles pour imposer une autre politique, c’est une procédure incontournable puisqu’il ne dispose pas du droit de recourir à l’initiative législative. Mais que le parlement, dont la raison d’être est de légiférer, passe par une modification de la Constitution pour se dicter à lui-même l’orientation des lois est contraire à notre ordre juridique. Pourquoi n’élabore-t-il pas, avec sa majorité, les nouvelles lois qu’il souhaite au lieu de prétendre se faire dire dans quel sens il faut qu’il les prépare?

La confusion est dès maintenant perceptible. De toute façon il faudra légiférer. Mais comment interpréter les dispositions constitutionnelles proposées? Médecine à deux vitesses, jusqu’où? Concurrence poussée jusqu’où? Un payeur unique pour financer les hôpitaux, comment? Seule la loi permettrait de répondre. Alors pourquoi ne pas commencer franchement par là? Cette dérobade pue l’hypocrisie. Faire approuver par le peuple un texte enrobé pour ensuite prétendre être les interprètes de la pensée de la majorité populaire.

Hôpitaux, prestations citoyennes

Un point est sans équivoque. L’arrêté constitutionnel se veut un stimulant de la concurrence. Elle devrait jouer notamment pour les hôpitaux, qui seraient financés par les seuls assureurs qui recevraient les subsides de l’Etat. Payeurs uniques, ils seraient mieux aptes à mettre en œuvre la concurrence souhaitée – quand bien même l’opacité de leurs comptes est notoire.

Les adeptes de cette politique estiment que notre pays compte trop de lits hospitaliers et que les magistrats élus sont trop dépendants de leurs électeurs pour imposer les réductions nécessaires, alors que la concurrence économique règlerait l’excès de l’offre aussi naturellement qu’elle a acculé à la fermeture les épiceries de village.

Outre que l’accusation de poltronnerie à l’égard de l’autorité politique est gratuite, outre que la concurrence stimulée frapperait un secteur où les conditions de travail sont souvent à la limite, le tout économique méconnaît le rôle des hôpitaux dans les rapports identitaires entre l’Etat et le citoyen.

L’hôpital est le lieu où tout membre de la communauté sait qu’il sera reçu avec sa souffrance somatique ou psychique, grave ou bénigne. Le domaine où l’Etat, même s’il n’est pas le seul partenaire de l’organisation sanitaire, n’est pas perçu comme gendarme et percepteur, mais comme tutélaire et samaritain.

Dans les hôpitaux, l’intégration se vit au quotidien. Il suffit d’observer le multi-ethnisme du personnel soignant d’une part, et des patients d’autre part.

Ne vouloir prendre en compte que l’économique et en faire le seul critère de régulation, ce serait méconnaître gravement ce qui constitue un lien social, régional et cantonal. La concurrence ne saurait donc imposer le seul diktat de sa loi.

L’équivoque

D’autres chapitres des effets néfastes de l’arrêté constitutionnel proposé mériteraient examen. Mais la confusion est dans la méthode même, celle d’une feuille de route équivoque que le parlement se dicte à lui-même.

Rejetable absolument.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9825
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9825 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Je suis d’accord avec votre raisonnement!

    Mais maintenant que la camapagne est lancée, qu’est-ce que les caisses vont nous sortir comme mensonges, du même genre que lors e la votation pour la caisse unique, il y a un an.
    Des baisses de primes? Pour économiser 20 francs sur le dos des patients et des médecins?

    NON MERCI!

    Et je me réjouis d’avance de voir des pleines pages vantant ce mérite. Payées avec nos primes.

  • Merci pour cette excellente mise au point. La scélératesse des autorités fédérales ne connaît bientôt plus de limites, soutenue par la candeur ou sottise populaire.

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP