Mode lecture icon print Imprimer

L’illusion d’une révolution de palais

Derrière l’idylle populaire avec EWS, les trois partis gouvernementaux évitent de prendre leurs responsabilités

icone auteur icone calendrier 13 avril 2008 icone PDF DP 

Thématiques

L’impressionnant soutien, spontané-organisé, dont a bénéficié la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf donne à son mandat, après la légitimité de son élection parlementaire, une légitimité populaire directe.

Cent jours après la mise en place du «nouveau» Conseil fédéral, on nous assure que le ton des séances a changé. Christoph Blocher prenait beaucoup de place et parlait fort. Mme Widmer-Schlumpf, droite dans ses convictions, n’élève pas la voix et sait écouter.

Enfin, la révolution de palais du 12 décembre (ne pas réélire le vainqueur des élections) a sauvegardé la proportionnelle. Une UDC a remplacé un UDC. La majorité de l’Assemblée fédérale n’a pas abusé de sa victoire.

Tout semble concourir pour conforter la situation nouvelle: l’approbation populaire, le fonctionnement du collège, le respect de la proportionnelle. Quant aux soubresauts de l’UDC, excluant Mme Widmer-Schlumpf, ce sont ses affaires internes.

Ce tableau euphorique et édulcorant consiste à éluder les vrais choix politiques. En réalité, le 12 décembre ce n’est pas seulement un trublion qui n’a pas été réélu. C’est un style politique, un programme, qui a été désavoué. L’UDC a été rejetée dans l’opposition. Si, au lieu d’élire Mme Widmer-Schlumpf, le siège avait été rendu au PDC, au détriment de la proportionnelle, le changement d’orientation aurait été clair et devrait être assumé. C’est une illusion de croire qu’on peut se dérober.

Les citoyens sont en droit d’attendre que les trois partis désormais au pouvoir (PRD, PDC, PS) s’organisent pour répondre à la situation. Les points de convergence, à défaut d’un programme commun, ont déjà été répertoriés: famille, recherche, relations avec l’Union européenne. Les points de divergence sur les assurances sociales mériteraient que soient mises sur pied des discussions tripartites.
.
Mais, dans l’immédiat, il faut une entente pour empêcher l’UDC, forte de son groupe parlementaire imposant, de manœuvrer pour faire échouer les compromis passés entre les «trois gouvernementaux». Cela suppose une responsabilité accrue pour les commissions où peuvent s’élaborer les accords et les concessions calibrées. Responsabilité accrue, aussi, du Conseil des Etats, à l’abri des manœuvres UDC.

Cette politique présupposerait que les «trois gouvernementaux» fassent connaître publiquement qu’ils assument leurs responsabilités nouvelles et qu’ils mettent en place les outils de coordination. Hélas! Il semble que les comportements invétérés soient les plus forts. Une coordination à trois est jugée compromettante si elle devait être affichée. C’est pourquoi on dresse un tableau idyllique: le peuple est content, Mme Widmer-Schlumpf à sa place et le Conseil fédéral au boulot. Tout va très bien. La révolution n’était que de palais.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9809
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9809 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    Ouin ouin says:

    Donc si on comprend bien, vous proposez de transformer l’essai pour instituer une coordination PS, PRD, PDC et établir une plateforme minimale de gouvernement.

    C’est à dire que vous préconisez de donner raison à l’UDC qui clame partout qu’il y a en Suisse un gouvernement de centre gauche.

    C’est une idée, en effet.

    Elle apporterait de l’eau au moulin de l’UDC qui n’aurait pas de peine à en tirer profit pour augmenter son pactole électoral, à 35, ou 40%.

    Riche idée !

Les commentaires sont fermés.