Mode lecture icon print Imprimer

L’UDC, un parti voyou à mettre à l’isolement

Eveline Widmer-Schlumpf est harcelée comme d’autres avant elle

icone auteur icone calendrier 5 avril 2008 icone PDF DP 

Thématiques

A celles et ceux qui doutaient encore, les récentes attaques de l’UDC contre Mme Widmer-Schlumpf devraient ouvrir les yeux. Nous avons affaire à un parti voyou, dangereux pour le fonctionnement de la démocratie.

Que l’UDC veuille exclure de ses rangs la nouvelle conseillère fédérale, c’est son droit. D’autres partis n’ont pas hésité à agir de même avec des membres par trop indisciplinés. On observera la mollesse des sections, en particulier romandes, mais également bernoise et thurgovienne, visiblement peu convaincues de cette stratégie d’exclusion. Mais au vote, leurs délégués ont préféré faire profil bas et ne pas affronter une direction qui ne tolère pas d’avis divergents. Libre à l’UDC d’imposer à l’interne une discipline de fer qui rappelle celle qui régnait au parti du travail (POP) à l’époque de la guerre froide.

Non, ce qui disqualifie ce parti, c’est le harcèlement auquel il soumet la magistrate grisonne. L’UDC peine à se profiler dans son vieil habit d’opposant systématique qui le pousse parfois au ridicule: à l’heure des questions au Conseil national, un rustre n’a-t-il pas demandé à la conseillère fédérale si elle aurait été élue au cas où elle aurait dû préalablement se présenter devant les groupes parlementaires, elle, une si piètre juriste qui confond jeux de hasard et jeux d’adresse.

Pourquoi l’UDC a-t-elle patienté trois mois avant d’exiger le retrait de Widmer-Schlumpf du Conseil fédéral? Le parti profite de l’écho du mauvais polar récemment diffusé par la TV alémanique sur les péripéties de l’élection de décembre. Accuser la conseillère fédérale de mensonge et de complot à propos de son élection ne vise qu’à la discréditer aux yeux de l’opinion, puisque qu’elle va combattre l’initiative de l’UDC sur les naturalisations par le peuple. Cette tactique n’est pas nouvelle: Samuel Schmid à propos de l’envoi de soldats suisses à l’étranger – «il veut faire adhérer la Suisse à l’OTAN», puis de l’initiative pour une politique d’asile restrictive «un demi conseiller fédéral» et, sur le même objet, Ruth Metzler – «elle répand des mensonges». Et ce parti, qui propage un climat de suspicion et manie l’injure comme il respire, s’étonne ensuite que les magistrats visés fassent l’objet de menaces et même de voies de fait. L’UDC n’hésite pas à blâmer Eveline Widmer-Schlumpf pour sa renonciation à défiler à Zurich à cause des menaces reçues! Et en acceptant son élection en décembre dernier, elle aurait agi contre les intérêts du pays.

Aussi longtemps que ce parti prétendra représenter le peuple et ne respectera pas les procédures légales et les institutions, aussi longtemps qu’il préférera l’injure à l’argumentation, il devrait être mis à l’isolement par les autres partis. Il s’agit d’une mesure d’hygiène, afin d’éviter une constante dégradation de la culture politique.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9802
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9802 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    Baltimore says:

    Oui, l’UDC est un parti voyou. Je suis en pleine réflexion sur l’identité Suisse et je n’arrive tout simplement pas à me faire entrer dans la tête qu’une majorité de Suisses puissent avoir une telle mentalité. Sommes-nous à ce point stupide pour ne pas réagir à aux attaques de ce parti? Ne peut-on rien faire contre cette attitude ignoble et sans éthique? Le monde de demain nous attend au coin de la rue… ne faut-il pas s’y préparer?

    Tout ceci est vraiment désolant et je réfléchis pour savoir comment contrer ce parti dangereux pour notre démocratie.

    JP Geissberger

  • 2
    Père Siffleur says:

    Si, dans les grandes ligne, je suis d’accord avec votre analyse, l’ UDC n’est, très malheureusement, pas le seul à dégrader la culture politique, pour autant que celle-ci existe encore!
    J’ai la très nette impression que cette culture a disparu au détriment d’une culture de la personnalité de type « people ».

    Pour ne citer que quelques exemples:

    – Madame Calmy-Rey qui chante

    – Monsieur Brélaz qui nous raconte sa vie sexuelle et sa femme qui nous parle tous le samedis de sa perte de poids dans « Le Matin ». De plus, samedi dernier qu’elle aurait voulu épouser un chat (probablement un chat-foin)

    – Madame Savary qui nous raconte des balivernes aussi dans « Le Matin » tous les mercredis.

    Les politiciens n’ont plus d’éthique, ils n’ont que des tics.

  • 3
    Le Topio says:

    Ben tiens! Il serait tellement plus simple en politique que les partis adverses soient purement et simplement interdits… Et dire que les méchants électeurs ne comprennent pas cela. Il faut les rééduquer… d’urgence, camarades!

  • 4
    Philippe Berney says:

    Concernant l’élection de Mme Widmer-Schlumpf, le mauvais polar de la TV alémanique aurait-il pu être suscité, influencé, voir financé par certains pontes de l’UDC? C’est ce qu’il faut « investiguer » de toute urgence.

  • 5
    R. Lecoultre says:

    Dans une Suisse où les libéraux disparaissent, les radicaux faiblissent, les socialistes s’égarent, les chrétiens se laïcisent, n’est-il pas réconfortant de se cramponner au dernier parti de la légitimité et des certitudes? Un parti qui se considère porte-parole de toute la Suisse bien que les deux-tiers des citoyens ne votent pas pour lui, un parti qui confond les élections des Chambres fédérales avec celle du Conseil fédéral, un parti qui fête l’éviction de Dame Metzler en 2003 et se scandalise de l’éjection de son infaillible gourou en 2007?

    Qu’attend le peuple suisse pour se réfugier entièrement sous la coupe des thaumaturges de l’UDC?
    Un peuple, un parti, une doctrine! N’est-ce pas merveilleux?

  • 6
    salvatore says:

    Vous l’avez démontré assez souvent l’UDC n’est plus un parti politique crédible mais un clan à la sortie du match gagné avec ses casseurs qui tabassent l’adversaire ou le traître supputé. Les propres membres modérés, emportés, adoptent le comportement de meute hurlante et le succès appelle le succès et le lynchage. Sous le drapeau de l’information, les médias y compris DP consacrent beaucoup trop de place au phénomène et font le jeu des meneurs. Faites le compte, vous verrez. La question est comment désamorce-t-on les mines antidémocratiques posées par une bande pareille sans que tout nous pète à la figure? Le silence radio est-il une solution? Qu’en pensent les spécialistes des comportements de groupe?

  • 7
    Bernard Meizoz says:

    Vous avez la mémoire courte ou sélective. En matière de harcèlement, le PS a été tout aussi implacable quel’UDC lorsqu’il s’est employé, en 1993, à barrer le chemin du Conseil fédéral à un Francis Matthey pourtant fidèle à la ligne de son parti.

    Je garde à l’esprit les propos débridés, peu amènes et souvent haineux (oui, oui,…) tenus à l’époque par des militants socialistes et des organisations féministes tout aussi excités et déchaînés que le sont aujourd’hui les gens de l’UDC. Francis Matthey, en renonçant à son élection, a agi dans l’intérêt de son parti. Exemplaire!

    Avec mes bonnes salutations.

    B. Meizoz

  • J’aime assez la réaction de Salvatore. En tout cas, je me suis fait une réflexion analogue toute cette dernière année à propos de Christophe BLOCHER: moi qui ne regarde presque jamais la télévision, j’ai l’impression de l’avoir tout le temps vu dans la petite lucarne (que regarde assez souvent mon épouse). Et j’ai le sentiment que certains animateurs pensent remettre les choses en place en le critiquant. Las, on dirait que cela l’a conforté dans sa position (peut-être parce qu’il devenait finalement une victime). Quel conseiller fédéral connaissait-on mieux que lui ?
    Dans ce registre, Madame Widmer-Schlumpf ne doit pas être perçue uniquement comme une victime, justement. Elle défend les thèses de l’UDC, après tout. Voir à ce propos le récent éditorial du COURRIER de Genève, qui dit à peu près: “Laissons les loups se dévorer entre eux”.

    Ce qui n’enlève rien à la critique sur les moeurs de ce parti et de sa Direction en particulier, comme vous le relevez ainsi que quelques lecteurs…

    Mais voilà que je parle de l’Union démocratique du centre, au lieu de faire silence… On n’en sort pas !

  • 9
    Ouin ouin says:

    Que vous n’aimiez pas l’UDC ça se comprend puisque vous êtes socialiste.

    Mais pourtant Mme Widmer-Schlumpf a menti. C’est un fait. Si vous trouvez que le film de la TV était mauvais, c’est une question de goût. Mais comment expliquez vous que Luc Recordon ait pu dire ?: « nous savions qu’elle accepterait et donc j’ai pu retirer ma candidature. »

    Ben voyons! C’est évident. Toute cette affaire était cousue de fil blanc.

    Autre mensonge: M. Samuel Schmid, poursuivant les efforts de Ogi, et sur la lancée de Cotti qui avait signé les traités de « PARTENARIATE FOR PEACE » et de de DEFENSE MILITAIRE DE L’EUROPE OCCIDENTALE sont bien en train de faire entrer l’armée suissse dans l’OTAN, en mentant au peuple. Car nous sommes dans l’OTAN et nous envoyons des troupes supplétives de l’OTAN et des conseillers militaires dans les Balkans, et même en Afghanistan, en attendant pire.

    Donc combattez l’UDC, c’est votre rôle d’homme de gauche. Mais laissez le public juger les mensonges de ceux qui nous gouvernent, quand ces mensonges sont manifestes.

    Car ils ont menti. Ils nous mentent. Tout le temps. Ca c’est un fait et vous n’y changerez rien.

Les commentaires sont fermés.