Mode lecture icon print Imprimer

La fausse bonne idée de l’évaluation des ministres

L’évaluation des politiques publiques n’est pas un gadget médiatique

icone auteur icone calendrier 7 janvier 2008 icone PDF DP 

Thématiques

Le premier ministre français évaluera ses ministres chaque trimestre. L’information, à vrai dire très lacunaire, a été diffusée par les médias, mais ne figure pas sur le site Internet du gouvernement. Premier constat: pour être crédible, une telle évaluation doit obéir à la règle de la transparence; les citoyennes et les citoyens ont le droit de connaître non seulement les résultats mais également les critères utilisés et la démarche méthodique.

L’évaluation, conduite par un cabinet privé, se basera sur une trentaine de critères et comparera les résultats obtenus avec les objectifs assignés à chaque ministre. Les rares informations disponibles au sujet des critères laissent songeur. Ainsi le ministre de l’éducation serait jugé entre autres sur l’ancienneté des enseignants en zones d’éducation prioritaires et sur le nombre d’heures supplémentaires effectuées par les enseignants. Le ministre de l’immigration répondra du nombre d’expulsions des résidents en situation irrégulière et d’admissions au titre du marché du travail. Sa collègue de l’économie se verra imputer le nombre d’heures supplémentaires des salariés, nombre qui devrait traduire le mot d’ordre présidentiel «travailler plus pour gagner plus».

A l’évidence les membres du gouvernement sont invités à faire du chiffre. Cette pression au rendement est problématique à plus d’un titre. Tout d’abord le rythme trimestriel de l’évaluation est trop rapide pour apprécier les effets d’une politique qui se mesure plutôt sur le moyen terme. Le risque est alors que les ministres se concentrent sur des objectifs quantitatifs à court terme ne témoignant pas forcément d’une politique efficace. Et qu’ils se prévalent de succès qui ne relèvent pas de leur action. Ou au contraire qu’ils doivent endosser des résultats négatifs dus à une législation inadaptée. Ensuite les ministères seront tentés de produire des chiffres favorables. L’actuel président de la République a illustré les possibilités du tripatouillage statistique lorsqu’il dirigeait le ministère de l’intérieur. Enfin la démarche choisie ignore le point de vue des bénéficiaires des différentes politiques sur la base desquelles les ministres seront jugés, une lacune difficilement compatible avec l’exigence démocratique.

On ne peut reprocher à Nicolas Sarkozy et François Fillon de vouloir imposer une culture du résultat. La politique se contente trop souvent d’effets d’annonce qui ne trouvent aucune contrepartie sur le terrain. Mais une évaluation bâclée, basée sur des phénomènes isolés, risque de dévoyer l’action gouvernementale: la course aux résultats conformes à l’attente présidentielle ne constitue pas nécessairement une gestion publique raisonnée, coordonnée et durable.

Une telle démarche n’est pas imaginable en Suisse. Le président de la Confédération ne peut imposer une feuille de route à chacun de ses collègues. La responsabilité gouvernementale est collective. Et encore trouve-t-elle ses limites dans les décisions d’un parlement qui n’est pas aux ordres. C’est pourquoi l’évaluation porte sur les politiques publiques et non sur les magistrats. Les familiers de l’approche évaluative savent que les résultats observables sur le terrain relèvent de multiples facteurs, la volonté d’un ministre n’étant de loin pas le plus important.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9726
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9726 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    JF Mabut says:

    Salut Jean-Daniel

    Tu liras sur mon blog ce que m’inspire la question de l’évaluation des ministres.

    JFM

  • Très bonne analyse d’une dérive visant à jeter de la poudre aux yeux du citoyen. D’autre part, on sait ce que valent ces audits d’instituts privés. Il n’est que de se souvenir d’un certain rapport d’Arthur Andersen commis à Genève dans les années 90. A part quelques rares bonnes remarques, les conclusions étaient délirantes, notamment si elles avaient dû être appliquées au personnel enseignant!

Les commentaires sont fermés.