Mode lecture icon print Imprimer

Le libre-échange agricole sortira bientôt du frigo

Quand le protectionnisme est intenable, mieux vaut négocier rapidement

icone auteur icone calendrier 24 septembre 2007 icone PDF DP 

Thématiques

Le projet d’accord agricole avec Bruxelles attend l’échéance des élections parlementaires et gouvernementales pour sortir de la clandestinité. Un mandat de négociation sera adopté quel que soit le sort des négociations à l’OMC.

Le Conseil fédéral, dans sa majorité, reste convaincu que l’avenir de l’agriculture suisse sera assuré au mieux par un étroit rapprochement avec l’Europe verte. Les négociations commerciales internationales dites de Doha se solderont peut-être par un échec. L’ouverture de l’agriculture aux marchés mondiaux serait alors retardée. Mais elle est inéluctable. Luzius Wasescha, négociateur suisse à l’OMC, l’a affirmé sans ambiguïté lors d’une Table ronde sur le libre-échange agricole dans le cadre du Comptoir suisse à Lausanne.

La libre concurrence avec l’Europe verte nécessiterait une sévère restructuration de notre agriculture. Les prix à la sortie de la ferme helvétique sont nettement plus élevés que ceux de la moyenne européenne. C’est particulièrement  vrai pour les grandes cultures. Le défi est évident. La majorité du monde paysan pense que l’alignement sur les conditions européennes est impossible et que la Suisse, si riche, a les moyens de protéger son agriculture pour en assurer la survie. Un libre-échange avec Bruxelles serait suicidaire. L’analyse est différente chez les responsables de plusieurs organisations agricoles. Avec les diplomates bernois, mais sans le dire ouvertement, ils jugent que le protectionnisme agricole de la Suisse est intenable sur le long terme. L’adaptation au marché est en marche depuis plus de dix ans. Elle doit se poursuivre, mais progressivement, comme le prévoit le programme «Agriculture 2011». Si le blocage des négociations de l’OMC retarde les échéances, point n’est besoin de subir une pression supplémentaire par un accord prématuré de libre-échange avec Bruxelles. Mieux vaut profiter du sursis procuré par l’échec de Doha, et, à terme, adhérer à l’Europe verte. Les paysans bénéficieront alors de ses avantages comme de ses contraintes.

Pour les partisans de la conclusion sans tarder d’un accord de libre-échange, l’ouverture du marché imposera certes des restructurations rigoureuses. Mais, comme La Suisse ne sera pas, à ce stade, membre de l’Union, Berne restera entièrement libre de conserver sa politique de paiements directs, voire de la renforcer. Cette politique agricole autonome permettra d’atténuer les rudesses de l’adaptation à laquelle seront contraints les agriculteurs. Et parallèlement, l’ouverture des frontières offrira aux produits suisses l’accès à un marché d’un demi milliards de consommateurs.

Les positions, aujourd’hui figées vont sans doute  bouger en fin d’année lorsque le projets du Conseil fédéral sortira du frigo où il est caché pour des raisons électorales. Les grandes organisations agricoles n’ont pas complètement verrouillé leurs positions. Pour assouplir leur attitude elles  réclameront de généreuses mesures de compensation.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9635
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9635 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.