Mode lecture icon print Imprimer

Christoph Blocher est un homme dangereux

Et indigne d’être notre président.

icone auteur icone calendrier 29 août 2007 icone PDF DP 

Thématiques

Dans l’interview accordée au « Matin » et publiée le 25 août, Christoph Blocher déclare que, s’il n’était pas réélu au Conseil fédéral, il serait dangereux car il connaît le mode de fonctionnement du Conseil fédéral.

On retrouve le chantage qui a précédé et préparé son élection, il y a quatre ans. Sauf que, aujourd’hui, ce chantage il l’exerce lui-même, comme magistrat, à propos de sa propre réélection. C’est indigne de la fonction. Que la classe politique n’ait pas réagi est révélateur du degré d’accoutumance que, hélas, elle a atteint.

Le chantage signifie que, en cas de non-réélection, serait menée une politique d’opposition systématique, comme un affrontement de pouvoirs, au mépris de l’intérêt commun. Comment un magistrat en fonction peut-il tenir de tels propos sans être disqualifié ?

Or, il sera soumis, comme Conseiller fédéral, au jugement et au vote des Conseillers nationaux et des Conseillers aux Etats élus en octobre prochain. Il importe donc que les candidats fassent savoir, préalablement, avant les élections, s’ils acceptent ou rejettent le chantage blochérien. La question dépasse les clivages partisans. C’est une question de défense de la démocratie d’honneur politique.

Et comment pourrait-on accepter que Christoph Blocher devienne, en 2009, le président de la Confédération ?


Voir l’appel lancé par Ada Marra sur son blog

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9612
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9612 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

  • 1
    Ada Marra says:
  • Vous avez raison de ne pas lésiner sur le vocabulaire. Dangereux, c’est le mot !

    Malheureusement, les autres partis ne semblent pas en être suffisamment constants. Le PDC et le PS annoncent vouloir prendre un siège au radicaux, qui vont finir par s’appuyer sur l’UDC pour défendre le leur… M. Blocher réussit tellement bien à diviser que les autres partis se chamaillent à la place de discuter de la place d’un populiste ne respectant ni constitution, ni engagements internationaux, ni collégialité, ni éthique au conseil fédéral.

    Nous aurons l’air fin quand la presse internationale titrera fin 2008 : « Un extrémiste prend la présidence suisse ! »

Les commentaires sont fermés.