Mode lecture icon print Imprimer

Rémunération des managers: une démesure économiquement injustifiée

Un comportement qui mine la confiance dans l’économie de marché

icone auteur icone calendrier 28 juin 2007 icone PDF DP 

Thématiques

C’est devenu une tradition, comme le classement annuel de la compétitivité des pays et des plus grandes fortunes. En juin, le syndicat Travail.Suisse  publie les rémunérations des dirigeants des vingt-huit plus grandes entreprises suisses et l’écart entre hauts et bas salaires au sein d’une même firme. La tendance se confirme: l’appétit des directions ne semble pas connaître de limite. L’an passé, ces dirigeants ont bénéficié d’une augmentation moyenne de 19%, alors que les employés ont dû se contenter d’une hausse réelle de 0,1%. OC Oerlikon et Credit Suisse se distinguent dans la démesure, le premier avec une hausse de 223% pour son directeur général, le second avec un rapport de 1 à 674 entre le salaire le plus bas et le plus élevé.

Cette appropriation unilatérale de la plus-value ne peut que miner la confiance des salariés et du public en général dans le système économique. Par ailleurs elle ne résiste pas à l’analyse économique classique, celle dont précisément se prévalent ces barons de l’économie. On connaît les arguments avancés pour justifier ce grand écart. Sur un marché du travail globalisé, il faut offrir des salaires attractifs pour attirer et garder les meilleurs dirigeants. Et un niveau élevé de rémunération pousse ces dirigeants à améliorer les performances de leur entreprise, niveau élevé qui à son tour ne fait que traduire leur succès.

La référence à un prétendu marché du travail masque mal une réalité plus crue: la fixation des rémunérations se fait en petit comité et en toute opacité par des personnes qui ont elles-mêmes intérêt à cette spirale salariale, et non pas sur un marché. D’autre part, la pyramide des salaires traduit un présupposé sans fondement dans la réalité, à savoir que le directeur général contribue plus que ses cadres, et ces derniers beaucoup plus que le personnel à la bonne marche de l’entreprise. Un présupposé contredit par les études sur le fonctionnement des organisations qui toutes mettent l’accent sur l’importance de l’esprit d’équipe et l’identification du personnel à l’entreprise. Quant à l’incitation à faire mieux, pourquoi donc des augmentations sont-elles accordées  même lorsque les résultats se révèlent médiocres? De plus on connaît les dérives provoquées par ce système: pour maintenir, voire augmenter leurs rémunérations, des cadres dirigeants n’ont pas hésité à manipuler les résultats comptables, ou ne visent qu’une croissance à court terme, parfois au détriment de la survie à long terme de l’entreprise.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9566
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9566 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.