Mode lecture icon print Imprimer

Les travailleurs suisses sont dans l’Europe

Dommage que les entreprises, qui idéalisent la prise de risque, restent elles bien frileuses

icone auteur icone calendrier 15 juin 2007 icone PDF DP 

Thématiques

La  libre circulation des travailleurs entre la Suisse et l’Europe des Quinze est totale. Les contingents qui subsistaient encore sont éliminés depuis le 1er juin. Berne affiche sa satisfaction. Le courage a payé. Selon une étude du Seco, les Européens n’ont pas volé le travail des Suisses. Dans les secteurs où le nombre des immigrés a fortement progressé, les Suisses ont également connu une hausse de l’emploi. Le Seco nie aussi que la concurrence étrangère ait eu un effet modérateur sur les salaires. Difficile à prouver. On ne peut pas cependant oublier que, en dépit d’une conjoncture économique favorable, la progression des salaires est restée fort modeste, si l’on excepte celle de Marcel Ospel ou autres Vasella. Le contingent annuel de 15’300 permis de longue durée, en vigueur jusqu’au mois passé, a été régulièrement épuisé. Avec sa levée, l’immigration pourrait donc connaître une nouvelle progression. Mais le Seco se veut rassurant. Les Européens au bénéfice d’un permis de courte durée, qui sont donc déjà en Suisse, occuperont les emplois fixes disponibles. Ils changeront simplement de statut. 

En disant oui à la libre circulation des personnes, les électeurs suisses, en large majorité des salariés, ont accepté de prendre le risque de participer pleinement aux contraintes, mais aussi  aux avantages de la grande Europe. Depuis l’entrée en vigueur de l’accord avec Bruxelles, 6500 Suisses supplémentaires se sont installés en Europe. Le bilan dressé aujourd’hui montre qu’ils ont eu raison d’être audacieux.

On aimerait que cette prise de risque des salariés serve d’exemple. Les paysans  envisagent avec crainte un libre échange agricole qui ferait pression sur leurs prix, mais ouvrirait un énorme marché à leurs spécialités. L’industrie pharmaceutique oppose son veto à une protection européenne des brevets qui pourtant ne met pas en cause ses efforts de recherche. Elle ne veut pas abandonner la stricte protection nationale qui lui assure quelques marges juteuses sur le marché suisse. Par crainte d’atteinte à leur secret, les banques  diabolisent l’Europe.

L’économie idéalise la prise de risque. Mais c’’est elle qui refuse le défi de l’adhésion à l’Union. Les travailleurs sont dans l’Europe. Les entreprises veulent rester en dehors.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9547
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9547 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.