Mode lecture icon print Imprimer

Vers l’armée de métier, en gardant la milice

Un programme d’armement 2007 à la fois novateur et conservateur

icone auteur icone calendrier 9 mai 2007 icone PDF DP 

Thématiques

Le programme d’armement 2007 sera soumis au Conseil national à la session d’été. Il représente un tournant symbolique. Pour la première fois sans doute dans l’histoire, il ne comprend aucune arme, mais la 2ème étape du système d’information de conduite des forces terrestres pour 278 millions et l’accroissement de la capacité des infrastructures de télécommunications pour 277 millions. Ces montants sont si proches l’un de l’autre qu’ils fleurent bon la manipulation. Il est en effet difficile de distinguer nettement les infrastructures (antennes, émetteurs, matériel divers) des logiciels de cartographie, de brouillage ou de visualisation de la position des troupes. La poire a manifestement été coupée en deux.

Le plus significatif reste le constat de l’importance extrême de la circulation de l’information en cas de conflit. Les crédits de cette année y sont entièrement consacrés. Enfin pas tout à fait, puisque l’on y trouve l’acquisition de simulateurs de tir pour les chars 87 Léopard; mais là aussi il s’agit de simulateurs et non d’armes réelles ! L’acquisition d’outils très coûteux de communication et de simulation va dans le sens du renforcement d’une armée très technique utilisant des moyens chers, sans aucun doute performants mais aussi complexes, donc difficiles à apprivoiser par des miliciens en quelques cours de répétition.

Tous les projets de la commission de la politique de sécurité du Conseil national tendent année après année à inciter à une professionnalisation progressive de notre armée. Or tous les débats au Parlement et les alliances de circonstance qui s’y nouent vont vers un maintien du système de milice actuel. L’ironie de la situation n’échappe sans doute pas à Barbara Haering, la socialiste zurichoise qui préside la dite commission et qui fait partie des très rares élus de gauche maîtrisant les affaires militaires. Elle pousse délicatement vers la mise en lumière progressive de ce grand écart et de l’impossibilité de continuer longtemps à mettre des moyens de plus en plus complexes à la disposition de miliciens, autrement dit d’amateurs dont la motivation pourrait bien s’avérer approximative.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9514
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9514 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.