Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Les autorités mettent le pouvoir judiciaire en danger

Les initiatives sur les naturalisations par les urnes et contre le droit de recours des associations s’attaquent frontalement à l’Etat de droit et à l’esprit des Lumières

Coup sur coup, deux initiatives populaires qui avaient abouti de justesse viennent de recevoir un sérieux coup de pouce des autorités politiques. Début avril, une commission du Conseil national recommandait l’adoption de l’initiative de l’UDC sur la naturalisation par les urnes. Mercredi dernier, à la surprise générale, le Conseil fédéral recommandait l’adoption de l’initiative du parti radical visant à restreindre le droit de recours des associations. Ces deux initiatives populaires ont un point commun: elles incarnent une défiance à l’égard du rôle du pouvoir judiciaire dans l’Etat de droit et une conception archaïque de la démocratie (cf. DP 1692 et DP 1602).

La première initiative est clairement dirigée contre les arrêts du Tribunal fédéral qui ont déclaré inconstitutionnelle la naturalisation par les urnes, du moins telle qu’elle était pratiquée dans la commune lucernoise d’Emmen (cf. DP 1568). L’initiative propose que les décisions de l’organe communal qui accorde le droit de cité soient définitives. Un recours judiciaire serait exclu que la décision émane du peuple, du pouvoir législatif ou même du pouvoir exécutif.

La deuxième initiative avait fait suite au jugement du Tribunal administratif du Canton de Zurich admettant des recours dirigés contre un plan d’affectation concernant la construction du nouveau stade du Hardturm. Là aussi, ce plan avait préalablement fait l’objet d’un vote populaire. Néanmoins, l’ATE avait considéré que le plan adopté par le peuple n’était pas conforme au droit et avait saisi la justice, qui a donné raison à l’organisation de défense de l’environnement. L’initiative prévoit également que le pouvoir des juges soit limité : l’onction du suffrage universel ou des représentants du peuple à un projet empêcherait les associations d’en faire contrôler la conformité au droit (cf. l’article d’Yvette Jaggi dans ce numéro).

La question institutionnelle ici posée est celle de l’autorité compétente pour interpréter la règle de droit. L’une et l’autre initiative visent à exclure l’intervention des juges dans des cas concrets – la naturalisation d’une personne, la construction d’un édifice – qui reposent sur l’application de normes déjà existantes. Les parlements fédéraux et cantonaux ont adopté des lois sur la naturalisation et sur les constructions. Le peuple a pu se prononcer cas échéant.

En principe, l’application de la norme dans un cas concret relève de l’organe exécutif dont l’action est contrôlée par le pouvoir judiciaire : c’est le principe de la séparation des pouvoirs et de leur équilibre. Il peut arriver que l’organe législatif, voire même le peuple, soit compétent pour prendre une décision dans un cas concret, par exemple en raison des dépenses consécutives à un projet. Cela n’a rien d’anti-démocratique, du moins lorsque la cause ne concerne pas directement un individu comme dans le cas de la naturalisation (cf. DP 1666). Ce qui est choquant, c’est que cette décision puisse ensuite échapper au contrôle judiciaire. On permet ainsi à l’organe qui adopte les lois d’en contrôler lui-même l’application.

La Constitution fédérale elle-même a d’ailleurs traduit cette idée en prévoyant la garantie d’un contrôle judiciaire de toute cause, entrée en vigueur au début de cette année (art. 29a Cst). Les cantons sont ainsi contraints de créer des voies de recours judiciaires là où elles n’existent pas encore forcément, par exemple dans le domaine scolaire. Ni la naturalisation ni la construction d’un bâtiment ne devraient échapper au contrôle des juges. L’Helvétie a toujours dû composer entre une conception romantique et archaïque de la démocratie accordant une confiance absolue aux décisions du peuple ou de ses représentants et un système d’organisation des trois pouvoirs héritée du rationalisme des Lumières. Il est inquiétant de voir le deuxième reculer.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9511
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9511 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Discussion

  • Mesdames, Messieurs,
    je vous remercie de vos excellents articles au sujet des naturalisations en Suisse. Vos arguments et analyses fondés nous sont très utiles pour les travaux en commission parlementaire et en plénière, même si pour le moment lamajorité des député-e-s (de droite) ne veulent pas les entendre…
    Meilleurs messages

  • 2
    Claude Wasserfallen

    On a pu lire que le cas AMGEN était cité à l’appui de l’initiative.
    A Galmiz, les groupes réactionnaire écologistes auraient abusés de leurs pouvoirs d’associations pour faire échouer une opération soutenues par les pouvoirs démocratiqueemnt élus.
    Or, dans ce cas précis, les trois associations dotées de la possibilité légale de faire opposition au niveau fédéral – la Société d’art public, la Ligue usisse pour la protection de la nature et le WWF – avaient renoncé à faire opposition lors de la mise à l’enquête.
    Elles avaient été convoquées par le chef du Département des infrastructures du Canton de Fribourg, avant la mise à l’enquête, et elles se sont laissée convaincre, sous la promesse d’une collaboration future complaisante de la part des autorités cantonales, de ne pas manifester leurs critiques à l’encontre d’un projet économiquement prometteur, indispensable pour la prospérité cantonale.
    La suite a montré les failles du projet, de sa promotion, de ses promotteurs ainsi que la monstruosité de l’impact et de la désorganisation du territoire qui en résulterait.
    Un mouvement spontané populaire s’est élevé pour dénoncer l’absurdité du projet et l’incompétence des autorités.
    Ce mouvement contestataire n’avait aucune base légale.
    Il a agi par des proclamations, par des interventions dans les médias et auprès des commanditaires,par des manifestations, etc…
    Ce mouvement préfigure ce qui se passera de plus en plus si le droit de recours, non seulement n’est plus exercé quand il le faut, mais, en outre, s’il vient à être aboli.
    Autrement dit, en lieu et place d’une procédure bien conduite, avec des débats organisés devant une instance juridique compétente, l’initiative radicale veut faire la place aux jeux des contestations publiques.
    Si cette initiative est acceptée, on prendra le chemin de créer un état de révoltes imprévisibles et fréquentes contre des autorités dépassées, état qui peut dégénérer en affrontements ouverts toujours plus graves, de part et d’autre.
    Est-ce vraiment cet avenir que l’on souhaite pour notre pays?

Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP