Mode lecture icon print Imprimer

La Suisse ne peut compter que sur le droit

La Confédération dans le monde selon Carla del Ponte

icone auteur icone calendrier 30 mars 2007 icone PDF DP 

Thématiques

En ouverture de la campagne pour les élections fédérales, la Basler Zeitung a invité dix personnalités à présenter leurs souhaits pour la Suisse. Carla Del Ponte, procureur général de la Cour pénale internationale pour l’ancienne Yougoslavie, a clos ce cycle (édition du 26 mars 2007) en évoquant la position précaire de notre pays dans le contexte mondial actuel. Une leçon de choses à l’intention des fidèles du réduit qui croient trouver le salut dans l’isolement du pays et dans la défense farouche de notre souveraineté.

Or, nous rappelle Carla Del Ponte, la chute de l’empire soviétique n’a pas engendré un ordre mondial plus juste et plus démocratique. Plus que jamais règnent la politique de puissance et l’arbitraire. Une situation qui se révèle périlleuse pour la Suisse, puissance économique certes, mais nain politique bien isolé pour résister aux assauts de ceux qui convoitent ses richesses. Les pressions exercées par Bruxelles à propos de la faible taxation par les cantons des entreprises holdings en sont un exemple. Tout comme les concessions faites par la Suisse aux Etats-Unis en matière d’entraide judicaire, concessions qui violent clairement notre législation.

D’un point de vue stratégique, l’adhésion à l’Union européenne constituerait la meilleure défense, à la fois face aux autres puissances mondiales et à l’Union elle-même, où la Suisse ne manquerait pas de trouver des alliés. A défaut, Carla Del Ponte plaide pour que notre pays s’engage pour la promotion d’une juridiction internationale efficace, seule à même de contrer une politique fondée sur la force. C’est parce que cette justice fait défaut que les Etats-Unis ont pu interpréter unilatéralement les conventions de Genève et légitimer des méthodes d’interrogatoire plus que douteuses. C’est pour cette raison aussi que l’Europe décide que les pratiques fiscales de la Suisse violent l’Accord de libre-échange de 1972. A l’image des prisonniers de Guantanamo, notre pays souffre de l’absence d’une instance judiciaire indépendante, compétente pour résoudre les conflits entre les Etats.

Voilà pourquoi les décisions de la Cour internationale de La Haye devraient devenir obligatoires pour tous les Etats. Quant aux détenteurs d’un pouvoir, ils doivent tous craindre qu’une Cour pénale internationale renforcée les poursuive en cas de crimes contre l’humanité ou de violation des droits humains, sans considération aucune pour des intérêts géostratégiques. Et la Suisse peut encore renforcer sa crédibilité internationale en refusant plus fermement encore l’argent des dictateurs avant même qu’ils soient renversés.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9477
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9477 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.