Mode lecture icon print Imprimer

Football : A deux sur le banc de touche

icone auteur icone calendrier 20 octobre 2006 icone PDF DP 

Thématiques

Malgré
la déconvenue survenue en Autriche, la «Nati» bénéficie d’un capital de
sympathie record. Un avantage certain à vingt mois de disputer une
prestigieuse compétition, l’Eurofoot, dans son propre pays. Le public
aime les équipes qui gagnent : les bons résultats de l’équipe nationale
sont évidemment pour beaucoup dans sa popularité. Chose rare en
football : l’entraîneur échappe presque à toute critique. En
l’occurrence, on pourrait presque dire «les entraîneurs», tant Jakob
«Köbi» Kuhn et son adjoint Michel Pont forment un duo pratiquement
indissociable. L’adjoint romand a notamment permis d’améliorer la
communication au sein de l’équipe : l’esprit de famille a succédé aux
clans que formaient joueurs alémaniques et romands. C’est aussi
l’entraîneur genevois, consultant de longue date à la TSR, qui porte la
bonne parole de Köbi auprès des médias romands. Véritable icône du
football outre-Sarine depuis qu’il enchantait les spectateurs du
Letzigrund, Kuhn a aussi réussi à conquérir l’exigeant public romand.

Ce résultat doit faire pâlir d’envie quelques hommes politiques. Hans
Rudolf Merz chercherait ainsi à comprendre pourquoi son impopularité en
Suisse romande survit aux exercices comptables bénéficiaires de la
Confédération. Mais le ministre n’envisage sans doute pas d’avoir un
Michel Pont des finances fédérales à ses côtés. En effet, cette idée
semble étrangère aux mœurs helvétiques, faites d’équilibres subtils
entre communautés linguistiques et de prétendue compréhension mutuelle.
La recette de la Nati – véritable symbole patriotique – pourrait
pourtant être recyclée : pourquoi ne pas imaginer des secrétaires
d’état romands pour seconder certains conseillers fédéraux ou des duos
à la tête des grandes entreprises publiques ? Principal inconvénient de
la méthode : elle rend difficile l’accès du minoritaire au pouvoir.
Köbi partira après l’Eurofoot 2008. Le gouailleur Michel Pont s’y voit
déjà. Son rôle de bras droit romand qu’il interprète à merveille
pourrait bien le desservir au moment du choix du nouveau
sélectionneur.   

ad

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9277
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9277 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.