Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Idées : Quand l’ignorance mutuelle se déguise en multiculturalisme

Le
prix Nobel Amartya Sen se penche sur le multiculturalisme. Dans un
article du Courrier international, il analyse les vertus et les défauts
d’un concept passe-partout.

Le multiculturalisme est un concept fort à la mode, mais rarement
explicité. D’où l’intérêt d’un article d’Amartya Sen, paru dans un
récent numéro de l’hebdomadaire Courrier international (n° 814 de juin
2006). «Multiculturalisme : S’extasier devant la composition de
l’équipe de France de football» aurait pu écrire Gustave Flaubert dans
son Dictionnaire des idées reçues.

Amartya Sen, prix Nobel d’économie en 1998, fait écho notamment à une
polémique surgie à la suite d’un article paru dans Le Monde, six
semaines après les attentats de Londres en juillet 2005. L’article
était intitulé «Le modèle multiculturel britannique en crise», en
référence aux terroristes impliqués, nés et élevés en Grande-Bretagne ;
on parlerait ici de «secondos».

Amartya Sen estime que «la véritable question n’est pas de savoir si le
multiculturalisme est allé trop loin», comme le suggérait l’essentiel
du débat amorcé par le quotidien français. Selon lui, il est crucial de
distinguer «entre le multiculturalisme et ce que l’on peut appeler le
monoculturalisme pluriel». Ainsi les cuisines anglaise et indienne
peuvent toutes deux, recettes à l’appui, se réclamer du
multiculturalisme. Mais l’auteur relève que lorsque deux styles ou
traditions se côtoient sans jamais se joindre, on est en présence du
monoculturalisme pluriel. «L’existence d’une diversité des cultures qui
peuvent se croiser comme des navires dans la nuit constitue-t-elle un
exemple réussi de multiculturalisme ?», se demande Sen.

Il dénonce le piège des identités figées qui ne prendraient pas en
compte la liberté des individus, en particulier les visées identitaires
religieuses. «Les habitants de la planète ne peuvent pas être perçus
exclusivement à travers le prisme de leur appartenance religieuse,
comme une fédération mondiale de religions. Pour des raisons
similaires, une Grande-Bretagne multiethnique ne peut pas être vue
comme un assortiment de communautés ethniques».

«Il s’agit de savoir si les citoyens d’origine immigrée doivent se
considérer en premier lieu comme des membres de communautés
particulières et d’ethnicités religieuses particulières, et ne se
sentir britanniques qu’à travers cette appartenance, dans une supposée
fédération de communautés»

La réflexion d’Amartya Sen est d’actualité dans notre pays où depuis
longtemps on tisse un patchwork multiculturel, continuellement remis en
question, autrefois, notamment, par les catholiques du Sonderbund,
aujourd’hui par l’isolationnisme de la droite nationale.
    dm

Réactions :
Entre castes et classes – (Charlotte Robert) – 17.08.2006

Il
y a une différence profonde entre la société anglaise et les sociétés
de l’Europe continentale : la première est une société de castes et les
secondes des sociétés de classes. C’est évidemment difficile de
démontrer cette différence parce que souvent c’est une question de
degré. Par exemple, les quartiers d’habitation sont plus mélangés chez
nous qu’outre- Manche où on voit de vrais ghettos; ou les écoles dans
lesquelles les enfants sont catégorisés selon la caste de leurs
parents. Ce qui est à mon avis la différence la plus disante, c’est
l’absence de désir d’accéder aux modes de vivre des castes
« supérieures ». Les gens des castes « inférieures » désirent certes
améliorer leur sort mais, s’ils gagnent plus d’argent, ils vont
simplement consommer plus de la même chose. Inévitablement les gens
d’autres cultures vont former des castes et ceci est encouragé par la
politique du gouvernement. Cette politique a aussi certains avantages
parce qu’elle donne l’impression d’une grande tolérance. En réalité,
les Anglais sont tellement sûrs d’être supérieurs qu’ils ne se donnent
pas la peine de convaincre ou de contrôler les autres. Sen est indien
et vient d’une société de castes et c’est probablement la raison pour
laquelle cela ne le frappe pas en Angleterre.




DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9174
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9174 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP