Mode lecture icon print Imprimer

Mobilité : Je bouge donc je suis

icone auteur icone calendrier 14 juillet 2006 icone PDF DP 

Thématiques

Vincent
Kaufmann, professeur de sociologie urbaine à l’Ecole polytechnique
fédérale de Lausanne, évoque les inégalités face à la mobilité, lors
d’un entretien publié dans le dernier numéro de la revue Forum,
bulletin d’information de l’Office fédéral du développement territorial
(ARE).

Pour parler des inégalités face à la mobilité, j’ai proposé le terme de
«motilité». La motilité désigne la capacité des gens à se déplacer, or
cette capacité est inégalement répartie dans la population. La motilité
n’est pas seulement la capacité physique, mais aussi l’accès
économique, les compétences en matière d’organisation des déplacements
et l’appropriation des moyens de transports et de communication en
fonction de projets. Par exemple, si on a peu d’argent, on peut voyager
avec une compagnie aérienne comme Easy-Jet à bas coûts, ce qui
nécessite une compétence d’anticipation. Si vous vous y prenez trois
mois en avance, vous aurez des prix qui sont très bas pour un voyage en
avion. Si vous vous y prenez trois jours avant, ce ne sera pas
possible, ce sera très cher. Donc, pour voyager à bas prix, parce qu’on
a peu d’argent, on doit être stratégique, tactique. Chaque personne a
une capacité à se mouvoir qui est définie par un certain nombre
d’accès, par exemple, un accès aux systèmes de transport. Il s’agit ici
d’une question de localisation, qui renvoie à la fois à la personne et
au contexte. Dans la motilité, les compétences sont essentielles : un
permis de conduire, la connaissance des réseaux de transports publics,
des conditions de circulation, etc. Mais il y a des compétences encore
plus fondamentales, qui concernent l’organisation dans la vie
quotidienne. Par exemple, une mère qui a une activité professionnelle
développe considérablement les capacités de coordonner dans le temps et
l’espace ses activités familiales et professionnelles, ce qui nécessite
des compétences en matière d’organisation de la mobilité. Ces
compétences ont pour but de trouver des solutions de déplacements
ingénieuses, qui permettent aux gens de mener une vie quotidienne
agréable.

La motilité est inégalitaire à deux niveaux : les personnes peuvent en
être fortement ou faiblement dotées en termes d’accès et/ou de
compétences ; elles peuvent habiter dans des contextes offrant des
potentiels plus ou moins riches en matière de possibilités de
déplacements et d’aménités.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9172
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9172 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.