Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Bancassurance : Deux métiers différents

Credit
Suisse
cède Winterthur à AXA, géant français de l’assurance. Après
l’emballement des années nonante en Suisse, l’enthousiasme est retombé
(cf. édito). Et chacun revient à son pré carré.


Pour comprendre les raisons de ce
retournement, Domaine Public a interrogé François Dufresne, professeur
ordinaire à l’Institut de sciences actuarielles de l’Ecole des hautes
études commerciales de l’Université de Lausanne, ainsi que Dusan
Isakov, professeur ordinaire de gestion financière au Département de
gestion d’entreprises de l’Université de Fribourg.

«La bancassurance (néologisme français sans équivalent anglais,
métabolisé par l’allemand en Allfinanz) a un bel avenir dans le monde,
sauf en Suisse» déclare d’emblée François Dufresne. La mode de la fin
du siècle passé, fusionner pour économiser et gagner des clients en
rapprochant les deux branches, maintient ses promesses surtout quand la
banque peut exploiter son réseau bien enraciné pour diffuser des
assurances qui ne bénéficient pas d’un maillage performant du
territoire. A l’image du Québec avec les Caisses Désjardins, une
coopérative qui distribue avec bonheur crédits et polices depuis
quelques années.

Or la Suisse dispose d’un marché assuranciel très dense : plus de
huitante compagnies indigènes ou filiales de groupes étrangers. Avec
une telle présence la banque perd la primauté dont elle bénéficie
ailleurs. Voilà alors la nécessité, afin de donner un sens à la fusion,
de proposer des produits qui dénaturent en partie les originaux. En
France, par exemple, selon François Dufresne, on vend des
assurances-vie qui ressemblent davantage à de l’épargne fiscalement
attrayante qu’à une véritable couverture en cas de décès. C’est toute
la différence qui passe entre la gestion des risques, propre aux
assureurs, et la volonté de les réduire, chère aux banquiers.

Pour François Dufresne, d’après l’entourage de la Winterthur, c’est un
peu l’erreur commise par Credit Suisse qui, au lieu de se limiter à
dispenser des assurances à ses clients tout en attirant dans son giron
les assurés de la société zurichoise, a essayé de créer de nouveaux
produits hybrides, difficiles à commercialiser.

Dusan Isakov
insiste également sur l’écart qui sépare les deux
professions. Au début on a cru que les synergies profiteraient à tout
le monde. Au bout, à part de faibles économies d’échelle, banque et
assurance découvrent une certaine incompatibilité. De plus, la crise
boursière qui a sévi au milieu des années nonante, sans en être la
cause, a entravé la réussite de l’opération. Credit Suisse a dû ainsi
recapitaliser à deux reprises la Winterthur, sans pour autant atteindre
la rentabilité souhaitée. Dusan Isakov évoque finalement une certaine
mégalomanie des dirigeants, friands de fusions et de conglomérats
géants, prêts à attaquer globalement les marchés avec les armes de la
diversification. Ces temps révolus, et quelques CEO à la retraite, on
revient à son propre métier et on abandonne les pièces rapportées au
meilleur offrant.   

md

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/9137
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/9137 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP