Mode lecture icon print Imprimer

Edito: Faux et usage de faux

icone auteur icone calendrier 17 février 2006 icone PDF DP 

Thématiques

Les patrons de journaux de Suisse romande – Presse suisse
– se mettent à distribuer une nouvelle carte de presse. A qui bon leur
semble. Cette démarche, d’apparence anodine, est d’une rare arrogance.
La carte de presse est le document qui identifie le professionnel. Le
document actuel, le RP-CH, est délivré par les trois associations de
journalistes, selon des critères communs. Le titulaire s’engage à
respecter l’éthique de la profession. Il doit signer la «Déclaration des droits et devoirs des journalistes».
Il est alors inscrit au RP, le registre professionnel. La carte est
reconnue en Suisse et à l’étranger par les autorités politiques, les
milieux économiques et autres fournisseurs d’informations.

Les éditeurs eux-mêmes reconnaissent – ou plutôt reconnaissaient – le RP-CH. L’échelle des salaires fixée dans la convention collective
se base sur les années d’inscription au registre professionnel. En
lançant une nouvelle carte, comme on écoule de la fausse monnaie, les
éditeurs sèment une double confusion. Pour la future fixation des
salaires. Pour l’identification du vrai professionnel. Ce double coup
de poignard a été porté dans le dos du partenaire social. Impressum,
signataire de la convention collective et représentant la large
majorité des journalistes de la presse écrite, a appris incidemment que
les éditeurs distribuaient leur carte concurrente. Cet agissement
illustre l’ampleur de la dégradation de ce que l’on n’ose plus appeler
le dialogue social. Avec un petit retard sur leurs collègues
alémaniques, les éditeurs romands ont dénoncé la convention collective
pour fin 2006. Ils auraient été d’accord de signer un nouveau texte
prévoyant une diminution des salaires, de la durée des vacances et une
protection des salariés limitée aux normes peu contraignantes de la loi
sur le travail. Bref, les éditeurs veulent avoir les mains entièrement
libres pour déterminer les conditions matérielles des journalistes et
leur comportement éthique.

Impressum a vigoureusement protesté contre cette agression. Dans les
rédactions, les journalistes, inquiets pour leur emploi et toujours
individualistes, ne réagissent que mollement. Les éditeurs le savent et
en profitent. Mais leur dernière manœuvre est peut-être un coup de
trop. Devant la confusion dans l’octroi d’un document professionnel,
l’Etat pourrait y mettre de l’ordre. Dans plusieurs pays, la carte de
presse est un document officiel. Il n’est pas certain que les éditeurs
avides de liberté apprécieraient une intervention de la politique pour
définir qui a le droit d’être journaliste.    

at

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8959
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8959 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.