Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

La démocratisation en échec

Les
hautes écoles peinent à s’ouvrir aux enfants de parents peu qualifiés.
Les statistiques le confirment d’une étude à l’autre. Tandis que les
fonds consacrés aux bourses d’études tendent à diminuer.

Les chiffres de l’étude
sur la situation sociale des étudiants publiée la semaine dernière par
l’Office fédéral de la statistique (OFS) auraient pu être anodins. Ils
ne font en effet que confirmer les données recensées ces dernières
années dans plusieurs hautes écoles ainsi que celles d’une étude
similaire menée en 1995 au niveau national. Que les étudiants, dans
leur immense majorité, exercent une activité rémunérée, vivent aux
crochets de leurs parents ou que les bourses soient insuffisantes était
déjà de notoriété publique. En revanche, l’ampleur des inégalités
sociales surprend et inquiète. En premier lieu, parce que le nombre
d’étudiants a largement augmenté, sans que la part des enfants de non
universitaires croisse. Mais surtout les hautes écoles helvétiques ont
subi des mutations en profondeur, mutations qui n’ont d’ailleurs pas
encore déployé tous leurs effets, mais qui pourraient avoir grandement
influencé cette évolution.

Entre l’étude de 1995 et sa nouvelle mouture, les hautes écoles
(universités, Ecoles polytechniques, Hautes écoles spécialisées) se
sont, bon gré mal gré, mises au diapason de la déclaration
de Bologne (voir Formation supérieure : La Déclaration de Bologne est un puissant catalyseur dans la marmite universitaire suisse , Nordmann Roger ( rn ), DP n°1546, du 31 Janvier 2003 et Avocats à la sauce bolognaise , Alex Dépraz (ad), DP n°1668, du 25 Novembre 2005), signée en 1999. Cette
harmonisation européenne des diplômes académiques a notamment pour
effet de densifier les plans d’études, d’augmenter le nombre d’heures
de cours et de travail individuel, d’instaurer de nombreux cours-blocs
nécessitant une présence à temps plein. En outre elle a favorisé la
diffusion du modèle «scolaire» que connaissaient déjà les écoles
polytechniques et qui comprend force contrôles et examens à intervalles
réguliers. Les études sont désormais une occupation à plein temps, qui
ne laisse presque plus de place à une activité accessoire. Quant à la
mobilité estudiantine, portée aux nues par les accords de Bologne, elle
n’est guère envisageable que la bourse pleine.

Cette densification des études n’aurait pas eu un grand effet sur la
situation sociale des étudiants, si ces derniers avaient pu bénéficier
de bourses permettant vraiment de se consacrer à plein temps à leurs
études, sans avoir à trouver un financement externe à leur famille.

Or, malgré un nombre d’étudiants en augmentation constante, le montant
global des aides aux études versées par les cantons est resté au mieux
stable, quand il n’a pas diminué dans le cadre des nombreux programmes
d’économies, ou des divers durcissements des législations sur les
bourses. En outre, les montants de celles-ci ne couvrent que rarement
les dépenses mensuelles d’un étudiant, que l’étude de l’OFS révèle
modestes. Celui qui ne peut compter ni sur ses parents, ni sur un ou
plusieurs petits emplois annexes doit donc renoncer à se former selon
ses choix ou ses capacités. L’idéal des études démocratisées bute sur
les finances.

En donnant à la Confédération la compétence d’édicter une loi-cadre, la
nouvelle péréquation financière avait laissé entrevoir une
amélioration. C’est toutefois fort improbable, car Berne a réduit ses
subventions aux cantons et la droite du Conseil fédéral propose, malgré
l’opposition des gouvernements cantonaux, des instances universitaires
et des étudiants, mais à la grande satisfaction d’economiesuisse,
d’autoriser largement le remplacement des bourses par des prêts,
contraires à l’égalité des chances. Le secrétaire d’Etat Kleiber a
quant à lui plusieurs fois tenté de mettre sur pied un système national
des bourses, mais toutes ses tentatives ont avorté.

Néanmoins, les inégalités sociales face à la formation tertiaire ne
doivent pas faire oublier que celles-ci naissent principalement avant
l’entrée dans une haute école. C’est déjà au niveau de l’école de
maturité que les classes sociales les plus défavorisées sont
progressivement exclues. Or les bourses destinées aux élèves du
secondaire supérieur ont subi ces dernières années encore plus de
coupes budgétaires que les aides pour les études tertiaires. Ajoutons-y
les tentatives, en vogue dans plusieurs cantons alémaniques (cf.
Enseignement : Le numerus clausus aux portes du gymnase , Schwaab Jean Christophe ( jcs ), DP n°1643, du 29 Avril 2005 et Edito : Le choix de l’ignorance , Jean Christophe Schwaab (jcs), DP n°1667, du 18 Novembre 2005), de restreindre l’accès à la maturité par des
numerus clausus, et la rupture entre élites savantes et fortunées et
classes moyennes et inférieures peu formées sera consommée.

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8920
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8920 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP