Mode lecture icon print Imprimer

Familles je vous hais, familles je vous aime

icone auteur icone calendrier 25 novembre 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Eclatée,
recomposée, monoparentale ou traditionnelle, la famille se trouve
souvent au cœur des revendications politiques. La réalité familiale
reste pourtant en friche : les études qui permettent de la saisir font
cruellement défaut en Suisse. A ce titre, le dernier ouvrage de la
collection Savoir suisse constitue une mine de renseignements.
Le vocabulaire économique décrit la perte de vitesse du modèle
traditionnel : la privatisation de la famille et l’individualisme sont
en marche. Avec une augmentation du nombre des divorces et une baisse
de la fécondité. Mais ces comportements ne sonnent pas pour autant le
glas des valeurs traditionnelles : fidélité et pérennité ont encore le
vent en poupe dans les ménages même si ces refrains du passé n’ont plus
la cote dans les médias.
La famille suisse est avant tout diverse. Les couples et les relations
à l’enfant s’inscrivent dans plusieurs modèles, sans que l’on puisse
obtenir une hiérarchie entre les différentes catégories. Les familles
«Bastion», «Compagnonnage» et «Cocon» sont renvoyées dos à dos. Une
constante s’impose toutefois : la famille suisse reste très
inégalitaire. Si la balance est encore équilibrée jusqu’à l’arrivée du
premier enfant, la femme assume dès cet instant l’essentiel des tâches
domestiques. Le travail à temps partiel est une réalité très
massivement féminine (à 83%). Les auteurs attribuent ce constat un peu
déprimant à «l’organisation bimodale du travail dans le capitalisme
contemporain». On ne peut pourtant pas dire que la Suisse sorte la tête
haute des comparaisons européennes en la matière : la réalisation de
l’égalité des sexes passe aussi par des actions politiques, à moins
bien sûr de sacrifier cet objectif sur l’autel des valeurs familiales.
On réussit son couple comme sa carrière : ces attentes parfois
excessives conduisent à une attente croissante des familles à l’égard
de l’Etat. Chaque parti paraît avoir mis la politique en faveur des
familles en tête de ses préoccupations électorales. La course aux
crèches et aux rabais fiscaux est lancée. Mais le débat institutionnel
est à la peine. La solution passe peut-être aussi par une redéfinition
des institutions familiales : dans ce domaine, le droit n’est pas à la
remorque de l’évolution sociale, mais il structure notre société. Le
Parlement a encore récemment facilité le divorce : une décision passée
inaperçue et qui se répercutera pourtant encore longtemps sur le modèle
familial suisse.   

Jean Kellerhals et Eric Widmer, Familles en Suisse : Les nouveaux liens. PPUR, Coll. Le savoir suisse, 2005.


DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8854
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8854 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.