Mode lecture icon print Imprimer

Un record unilatéral

 

icone auteur icone calendrier 21 octobre 2005 icone PDF DP 

Thématiques

Un record unilatéral
Exportations


Le
vocabulaire sportif n’est pas celui de la Banque nationale suisse. Elle
ne parle donc pas de record. Elle constate en termes dépassionnés : «Ce
taux est le plus élevé qui ait jamais été observé». Et de quoi
s’agit-il ? De la balance des transactions courantes, c’est-à-dire de
nos échanges en biens, services, revenus du travail et des capitaux
avec l’étranger. Le solde de cette balance est extraordinairement actif
: 65 milliards. Il n’a jamais été aussi haut en valeur absolue, ni en
pour-cent du PIB, soit 15%. Ce n’est pas seulement un record national,
mais une performance mondiale. Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, les
pays de l’OCDE affichent des taux négatifs. Les Etats-Unis à eux seuls,
en valeur absolue, accusent un solde négatif de plus de 600 milliards.
Ce record, il faut regretter qu’il n’ait pas fait les gros titres en
termes chauvins. Car il aurait exigé quelques explications. Ce
dynamisme économique, pourquoi n’est-il pas ressenti par tous les
acteurs de la réussite ? Est-ce parce qu’il n’est pas répercuté ?
Ce solde positif inouï provient, nous l’avons plusieurs fois souligné,
en grande partie de l’extraordinaire rendement de la fortune suisse
investie à l’étranger, soit en investissements directs, soit en
investissements de portefeuille ou directs. Son rendement en 2004 a été
de 87 milliards. Le solde net est de 48 milliards.
Mais à côté du rendement de cette fortune, on observe que l’industrie
d’exportation a remarquablement travaillé. La contribution de tous a
donc été déterminante.
Or, durant la même période, les salaires ont stagné. Augmentation de
0,9 en valeur nominale, de 0,1 en valeur réelle. En termes de revenu
disponible, si l’on prend en compte l’assurance  maladie, il y a
même recul. En revanche, plusieurs branches économiques (banques,
assurances) ont annoncé des chiffres de bénéfices très élevés et
l’ensemble de la bourse s’est sensiblement redressé.
Les chiffres concordent. L’année 2004, année record de notre balance
avec l’étranger, révèle que les entreprises se sont refaites une santé,
sans que les travailleurs qui ont contribué au redressement en aient
encore bénéficié. Il serait temps que le record national soit expliqué
et popularisé en retombées concrètes.    ag
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8787
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8787 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.