Mode lecture icon print Imprimer

Fiscalité : Un répit pour le paradis helvétique

icone auteur icone calendrier 6 février 2004 icone PDF DP 

Thématiques

Depuis la fin des années nonante, pas moins de treize sociétés transnationales ont choisi d’implanter leur siège mondial ou européen en Suisse (voir encadré). Ces entreprises non polluantes offrent des emplois bien rémunérés. C’est une véritable aubaine. La Suisse est un pays où il fait bon vivre, politiquement sûr et socialement calme. De longue date, les grandes entreprises étrangères n’hésitent pas à s’y installer. Mais l’attrait pour la Suisse est devenu un véritable engouement depuis la réforme de la fiscalité des sociétés holding introduite en 1997 sur proposition de Kaspar Villiger. Une étude du conseiller d’entreprises Arthur D. Little (citée par le Tages Anzeiger) a répertorié les entreprises qui ont implanté un siège en Europe au cours des dix dernières années. Pour 88% d’entre elles, la fiscalité est le facteur principal dans le choix d’un pays. Et la Suisse est considérée comme un paradis.

Les effets secondaires
Kaspar Villiger a donc brillamment réussi à renforcer l’attractivité de la place économique helvétique. La région lémanique en a très largement profité. Mais ce succès a provoqué de dangereux effets secondaires. Sur la pression de plusieurs Etats membres frappés par la concurrence fiscale, l’OCDE a jugé ce régime opaque et dommageable pour la communauté internationale. Pour retoucher son image ternie, la Suisse vient de faire une concession. Dans le cadre d’une modification des accords de double imposition conclus avec la plupart des pays, elle s’engage à renforcer son entraide administrative. Les autorités fiscales fédérales et cantonales participeront à des échanges élargis d’informations.
La démarche est habile. La pression internationale se détend. Le débat se fractionnera dans de multiples négociations bilatérales. Merci à nos habiles négociateurs. Mais ce n’est qu’un répit. Dans ce cadre, la Suisse acceptera discrètement de faire des sacrifices. La question fiscale reste le principal enjeu de la politique extérieure de la Suisse. Une priorité qui n’est guère exaltante !

Hôtes récents de la Suisse
Procter& Gamble (USA) Siège européen Genève 1999
Cargill (USA) Siège mondial Genève 2000
John Deere (USA) Siège européen Schaffhouse 2000
Philipp Morris (USA) Siège mondial Lausanne 2001
Skechers (USA) Siège européen Genève 2002
Ahold (Pays-Bas) Centre financier Genève 2002
Starbucks (USA) Centre commercial Lausanne 2002
Gillette (USA) Siège européen Genève 2002
Pronuptia (France) Siège mondial Lausanne 2003
Ralph Lauren (USA) Siège européen Genève 2003
General Mills (USA) Siège européen Nyon 2003
Ebay (USA) Siège européen Berne 2003
Zimmer (USA) Siège européen Winterthour 2003
Colgate-Palmolive Siège européen bientôt en Suisse

(Tages Anzeiger)

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Un point de vue de gauche, réformiste et indépendant
En continu, avec liens et réactions sur http://www.domainepublic.ch
Chaque semaine, par courriel, sur papier ou comme eBook (gratuit).

Lien vers l'article: http://www.domainepublic.ch/articles/8652
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, http://www.domainepublic.ch/articles/8652 - Merci
fleche imprimer Envoyer Envoyer

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Les commentaires sont fermés.